Analyse
Chômage aux USA : un baromètre à suivre ? il y a 7 ans - vendredi 8 janvier 2010
Ces derniers temps, on parle de plus en plus des « jobless claims » aux USA et de statistiques hebdomadaires du chômage. En quoi ces données ont-elles une quelconque importance ?

Le redressement de l’emploi aux USA est une condition sine qua au soutien de la reprise économique. Une bonne manière de sonder la vigueur de la reprise est dès lors de consulter les chiffres des indemnités de chômage aux USA, qu’il s’agisse des indemnités en cours (continued jobless claims) ou des nouvelles demandes (initial jobless claims).

Baromètre hebdomadaire
Aux USA, ce sont les dépenses des ménages qui assurent environ 70 % du Produit intérieur brut (PIB; ensemble des biens et services produits sur une année). En cas de hausse du chômage, les dépenses des ménages se réduisent et c’est l’économie toute entière de la nation qui souffre ou, comme actuellement, qui tarde à se reprendre. Pour l’heure, pour se faire une idée de la solidité de la reprise économique aux USA et, partant, dans le monde, il s’agit donc de jeter un œil sur le marché du travail américain.
Pour ce faire, on dispose des données mensuelles du chômage aux USA, mais aussi d’un autre instrument publié chaque jeudi à 14h30 par le Ministère américain de l’emploi : les demandes d’indemnités et les indemnités en cours. Ce rapport donne une indication de l’état de santé du marché du travail américain à très court terme. Il nous apprend d’abord combien de personnes ont, au cours de la semaine écoulée, fait la demande d’indemnités de chômage et nous communique ensuite un autre chiffre important : le nombre total de personnes bénéficiant d’indemnités de chômage.

Légère amélioration visible
· Au cours de la semaine qui s’est terminée le 26 décembre, aux USA, 432 000 personnes ont introduit une demande d’allocations de chômage. C’est moins qu’en mars 2009, lorsqu’a été atteint le sommet des 25 dernières années, avec 674 000 demandes. Au cours des années qui ont précédé la crise, le chiffre hebdomadaire oscillait entre 300 000 et 350 000. On n’est donc pas sorti de la période critique.
· En ce qui concerne les personnes bénéficiant d’indemnités, au cours de la semaine qui s’est terminée le 19 décembre, leur nombre était de 4,98 millions soit 3,8 % de la population active (le taux de chômage est quant à lui de 10 %; bon nombre de chômeurs ne bénéficient plus d’indemnités). Au plus fort de la crise, le nombre de bénéficiaires a atteint 6,45 millions.

Faire le tri
Comme toute statistique, cet indicateur, tout intéressant qu’il soit, doit être relativisé. Car un certain nombre de citoyens peuvent être au chômage, mais ne pas être inclus. Parmi tous ceux qui ont introduit une demande au plus fort de la crise, certains n’entreront plus dans les statistiques pendant un certain temps parce qu’ils doivent retravailler pendant une certaine période avant de pouvoir prétendre à nouveau à des indemnités.

Partagez cet article