Analyse
Le rating des USA est-il menacé ? il y a 7 ans - vendredi 12 février 2010
La note AAA dont bénéficient les Etats-Unis pourrait être mise en question.

Au début de ce mois, l’agence de notation Moody’s (chargée d’apprécier la santé financière des émetteurs d’obligations) s’est inquiétée du budget 2011 proposé par le Président Obama. L’agence de notation estime que les mesures prises en faveur de la réduction du déficit budgétaire sont insuffisantes et que, à moins que de nouvelles mesures ne soient prises pour assainir les finances publiques, la note AAA dont bénéficie la nation (la meilleure qui soit) pourrait être mise en question. Suite à cette déclaration, le secrétaire d’Etat au Trésor Timothy Geithner a rapidement cherché à rassurer en affirmant qu’une baisse de la notation américaine ne surviendrait jamais ! Mais peut-on jamais dire jamais ? Et comment l’investisseur doit-il réagir face à de tels doutes ?

Inquiétant
· Le dernier rapport de l’office du budget américain prévoit une détérioration conséquente de la dette publique américaine. Mais les taux de croissance économique sur lequel il se base (taux moyen de 4,4 % de 2012 à 2014) sont selon nous très optimistes et bien supérieurs au réel potentiel de l’économie américaine. On peut donc craindre que le taux d’endettement du pays enflera plus encore que ce que veut bien estimer l’office du budget, et que la dette publique sera plus lourde encore à supporter.
· Certains Etats de la nation, comme le Nevada, ont de sérieux problèmes financiers. Et la Californie est à la limite du défaut de paiement, alors que son économie représente ±13 % de l’économie américaine (la plus importante des 50 Etats) et qu’elle serait une des 10 plus grandes économies mondiales; une économie comparable à la France ou à l’Italie donc (et dès lors bien plus importante que la Grèce, dont la dette est déjà si inquiétante).
· La dette publique américaine devrait avoisiner cette année 100 % du PIB (ensemble des biens et services produits par la nation sur une année). Un endettement d’autant plus inquiétant qu’il est en grande partie financé par l’étranger, notamment la Chine et le Japon. M. Geithner n’a donc plus totalement la main sur le destin de la dette américaine et les Etats-Unis sont dès lors, en dépit de leur lourde influence, finalement tributaires de décisions prises à Pékin ou Tokyo.

A éviter… sans paniquer
· Certes, les USA ne risquent pas la faillite. Le dollar reste la devise de référence mondiale et constitue toujours le gros des réserves de change des banques centrales. La puissance militaire américaine est aussi avancée par certains comme l’argument ultime de la solidité de la nation. Mais de là à affirmer que la dette américaine ne pourrait en aucun cas être, un tant soit peu, dégradée, il y a un pas…
· Dans l’attente, compte tenu de la situation financière de la nation et des taux plutôt faibles des bons du Trésor outre-Atlantique, nous ne conseillons pas d’investir dans des emprunts d’Etat américains. Ni même d’ailleurs dans les obligations en dollar américain en général : le billet vert pourrait en effet encore souffrir du mauvais état des finances publiques et de la faiblesse des taux.

Partagez cet article