Analyse
L'économie canadienne en pleine forme il y a 7 ans - jeudi 9 septembre 2010

Consommation et investissements sont au beau fixe au Canada. Comment en profiter ?

 

Hausse des taux directeurs

La Banque du Canada continue de se démarquer de la plupart des banques centrales des autres pays développés.
Le 8 septembre en effet, elle a à nouveau relevé son taux directeur de 0,25 % pour le porter à 1 %. Soit la troisième hausse du loyer de l’argent depuis que les autorités monétaires canadiennes ont mis fin à leur politique de soutien à l’économie.
Ce durcissement progressif des conditions monétaires se justifie à vrai dire pleinement en ce sens que, tirée par la consommation des ménages et les investissements des entreprises, la reprise de l’activité économique au Canada est aujourd’hui robuste.
Côté consommation, la Banque du Canada anticipe ainsi une poursuite du rebond, d’autant que le recul du chômage depuis l’automne 2009 est aussi un facteur de soutien des dépenses des ménages.
Côté entreprises, en plus de conditions de crédit avantageuses, les investissements ont été stimulés par la reprise du commerce international et devraient encore l’être à l’avenir, même si le dynamisme de la reprise devrait ralentir.
Par conséquent, les taux directeurs seront encore relevés, à un rythme plus graduel toutefois compte tenu du fléchissement de la reprise mondiale en général et américaine en particulier.

Devise forte

Concrètement, cela se traduira sur le marché des changes par un dollar canadien ferme par rapport aux principales devises du globe, d’autant que sa note auprès des agences de notation est excellente et qu’aucun élément susceptible de remettre celle-ci en cause ne pointe à l’horizon.
Dès lors, la devise canadienne devrait poursuivre son appréciation face à l’euro, même si on s’attend il est vrai à une hausse limitée. Le dollar canadien a en effet déjà progressé de 12 % depuis le début de l’année et est dorénavant correctement évalué par rapport à la monnaie unique.

Nos conseils

En ce qui concerne les placements obligataires, le dollar canadien mérite encore une petite place dans les portefeuilles défensifs ou à court terme (5 ans). Vous pouvez y consacrer environ 5 % de vos avoirs à travers des obligations individuelles (voyez notre sélection ici) ou des sicav spécialisées en obligations en dollar canadien. Notre préférence dans ce cas va à ING (L) Renta Fund II CAD ou KBC Renta Canarenta.
Au niveau des actions, la bonne santé de l’économie plaide également toujours pour les actions canadiennes, dans lesquelles vous pouvez investir à hauteur de 10 % environ de votre portefeuille. Nous vous recommandons plus particulièrement dans ce cas la sicav SSgA Canada Index Equity.

Partagez cet article