Analyse
De la Chine au Brésil il y a 6 ans - jeudi 25 novembre 2010

La Chine inquiète les investisseurs. En deux semaines, la Bourse de Shanghai a reculé de près de 5 % (en EUR). A l’autre bout du monde, le Brésil a fait de la consommation le socle de sa croissance.

 

En Chine, l’inflation a atteint 4,4 % en octobre, un plus haut depuis deux ans. Et le pays continue de croître à un rythme supérieur à son potentiel de croissance à long terme, alimentant un peu plus les craintes de surchauffe. Dans ce contexte, les resserrements des conditions de crédit destinés à freiner l’inflation se succèdent (déjà cinq hausses des taux de réserves obligatoires des banques depuis début 2010), ce qui pèse sur la Bourse. La base du succès chinois fût d’attirer les investisseurs par une main-d’oeuvre très bon marché et d’orienter l’économie par des décisions autoritaires. Mais après avoir largement profité de la croissance mondiale, la Chine se trouve aujourd’hui confrontée au même problème que les économies dites plus avancées : le ralentissement des marchés d’exportation. Pour l’heure, son défi n°1 est donc de stimuler la consommation locale. C’est à ce titre que des hausses de salaire ont été octroyées, mais sans grands effets. Au regard des déficiences du système éducatif, de soins de santé et de protection sociale, le Chinois épargne au lieu de consommer. Modifier cette situation prendra vraisemblablement beaucoup de temps. Néanmoins, nous restons enthousiastes à l’égard du pays.Vous pouvez y investir via la sicav d’actions Fidelity China Focus A EUR.

 

A l’autre bout du monde, le Brésil a fait de la consommation le socle de sa croissance. Les exportations, e. a. de matières premières, jouent aussi un rôle moteur, mais le déficit d’infrastructures comme les ports et les routes en limite maintenant le développement. La hausse de la consommation permise par l’amélioration du pouvoir d’achat sous l’ère Lula a débouché sur un endettement accru des ménages et fragilisé les finances publiques. Les investisseurs ont donc toutes les raisons de rester prudent, même si la Bourse n’est pas chère et les perspectives économiques bien orientées. La Bourse y est réservée à ceux souhaitant prendre plus de risques (ce pays n’est d’ailleurs présent que dans notre portefeuille dynamique). Investissez-y via le tracker Lyxor ETF Brazil.

 

Pour les amateurs de risque, nous vous proposons à l’achat l’opérateur télécom Telesp, ainsi que Sabesp, spécialiste de l’approvisionnement en eau de l’Etat de Sao Paulo.

Partagez cet article