Analyse
Next11 : un nouveau BRIC il y a 7 ans - mardi 9 novembre 2010

Dans le monde des finances, l’acronyme BRIC a pris, en très peu de temps, une place très importante. Entre-temps, les observateurs des marchés sont déjà à la recherche de sucesseurs pour ce concept populaire. Le Next11 pourrait être la solution.

 

BRIC : un concept populaire

Toute personne qui s’intéresse un tant soit peu à la finance et à l’économie ne peut à présent plus passer à côté des quatre pays BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine). Leur puissance économique augmente et de plus en plus d’investisseurs prévoient une place dans leur portefeuille pour des placements dans ces pays. Pas étonnant, quand on sait que ces marchés se sont très bien comportés ces dernières années, alors que les Bourses occidentales étaient à la traîne
Le nombre de fonds de placement et de trackers orientés sur le quatuor est impressionnant. Et nous participons aussi à l’engouement : en juillet, nous vous avons conseillé d’acheter l’action de la société brésilienne Sabesp et nous recommandons divers trackers et sicav axés sur les pays BRIC (ou d’autres pays émergents).
Mais le marché, qui ne dort jamais, est déjà à la recherche de nouveaux pôles de croissance. Goldman Sachs, qui a imaginé le concept BRIC, a depuis longtemps déjà un successeur dans les tiroirs. Il commence peu à peu à faire parler de lui. C’est le Next11.

 

Successeur ?

Les membres du Next11 sont le Bangladesh, l’Egypte, les Philippines, l’Indonésie, l’Iran, le Mexique, le Nigeria, le Pakistan, la Turquie, le Vietnam et la Corée du Sud. A quelques exceptions près, il s’agit de pays peu accessibles, où l’investisseur préfère ne pas s’aventurer. Mais c’était aussi le cas lorsque l’économiste Jim O’Neill a introduit le concept BRIC en 2001.
La Russie sortait d’une lourde crise (après l’abandon du communisme), le Brésil accumulait les erreurs de gestion et affichait depuis des années des prestations économiques faibles, la Chine était déjà en croissance mais bien peu tablaient déjà sur son véritable essor, et en Inde, la bureaucratie, le manque d’infrastructures et la croissance économique limitée depuis plusieurs années ne séduisaient guère les investisseurs. L’offre était donc peu attractive. Mais en quelques années, la donne a bien changé !

 

Caractéristiques communes

Goldman Sachs explique ce qui peut rassembler ces 11 pays dans un concept commun.
Tous ces pays ont le potentiel pour représenter à terme chacun 3 % de l’économie mondiale et pour prendre dès lors une place importante sur la scène économique internationale. D’ici 2050, la plupart pourraient faire partie du club des 20 plus grandes économies du monde. Pour la Corée du Sud et le Mexique, c’est d’ailleurs déjà quasi une certitude.
Ces pays connaissent une importante croissance démographique, la classe moyenne peut y prendre de l’importance et stimuler ainsi la consommation et la croissance. Pour en arriver là cependant, quelques conditions doivent encore être satisfaites. Le climat politique doit être stable, il faut davantage investir dans l’enseignement et l’économie doit être davantage libéralisée. Sur ces points, quelques pays ont du pain sur la planche : c’est le cas de l’Iran, du Bangladesh, du Pakistan et du Nigeria.

 

Pour y investir

Pour la plupart des investisseurs, ces pays ne sont que des terres incultes. Et cela peut encore durer, dans l’attente de produits d’investissements intéressants, axés sur le Next11. De plus, plusieurs pays de la liste étant pour ainsi dire inaccessibles, se focaliser sur tous les 11 n’est pas une mince affaire.
Le tracker EasyETF BNP Paribas Next 11 Emerging (en euro) est quasi le seul produit à miser directement sur le concept. Mais sans remplir déjà complètement son contrat : certaines Bourses étant très peu liquides, le tracker n’investit jusqu’à présent que dans huit des onze pays de la série.
Mais même si le concept du Next11 est une belle trouvaille, nous ne conseillons pas pour l’instant d’y investir.
Nous sommes déjà investis dans les pays BRIC au travers des sicav (Fidelity China Focus A EUR,
Franklin India Fund A EUR, BNPP L1 Equity Russia, Parvest Equity Russia, Pictet Russian Equity P EUR) ou de trackers tels que Lyxor ETF Brazil.
Et nous estimons que nous misons ainsi suffisamment sur le potentiel des économies émergentes.
Nous conseillons de plus également déjà d’investir dans un des onze pays de la liste : la Turquie. Le tracker EasyETF DJ Turkey Titans 20 EUR ou la sicav Parvest Equity Turkey permettent en effet de participer à la forte croissance économique turque.
Nous ne voyons dès lors pas pourquoi nous prendrions davantage de risques (car tous les pays du Next11 sont évidemment risqués), sans certitude de rendement supplémentaire. D’autant que la croissance de beaucoup de ces pays va justement dépendre de la poursuite du déploiement des pays BRIC, et surtout de l’Inde et de la Chine.

Partagez cet article