Analyse
Franc suisse au sommet il y a 6 ans - jeudi 23 décembre 2010

Ce 22 décembre, la devise helvétique a atteint un niveau historique face à l’euro. Un euro ne vaut en effet plus que 1,25 franc suisse contre encore 1,50 il y a douze mois et 1,68 en octobre 2007.

 

La devise helvétique n’a jamais été aussi forte depuis la création de la monnaie européenne unique. La crise des dettes étatiques, qui plombe l’euro sur le marché des changes, est sans surprise à la base de ce record.

 

Refuge

Sur le vieux continent, le franc suisse, véritable valeur refuge en raison de la stabilité politique et économique de la Confédération, est en effet une des rares alternatives à la monnaie unique. En conséquence, les investisseurs qui veulent se prémunir des déboires de l’euro se tournent naturellement vers la Suisse et la devise helvétique s’apprécie.

 

Conséquences

Vu que la zone euro est le principal débouché des exportations helvétiques, la cherté du franc commence à peser sur les entreprises suisses. Aucune mesure ne semble cependant capable de stopper son ascension sur le marché des changes. La mise en garde de la Banque nationale suisse qui a affirmé à l’issue de son comité de politique monétaire du 16 décembre qu’elle «prendrait les mesures nécessaires pour sauvegarder la stabilité des prix», et donc lutter contre l’appréciation du franc qui attise les pressions déflationnistes, ont ainsi été sans effet.
Il est vrai que les interventions de la Banque nationale suisse en 2009, qui achetait alors massivement des euros pour freiner l’appréciation de sa devise, avaient été vaines. Les forces du marché dépassent largement les moyens d’action des autorités monétaires.
En outre, l’accumulation de devises étrangères n’est pas sans risques pour la Banque nationale suisse car elle doit acter dans ses comptes d’importantes pertes de change chaque fois que le franc suisse s’apprécie.

 

Encore de beaux jours

Alors que la crise de l’endettement public est loin d’être finie dans la zone euro, le franc suisse a incontestablement encore de beaux jours devant lui. Surévalué face à l’euro, le franc suisse continuera néanmoins de rester ferme sur le marché des changes. Il a dès lors toujours sa place dans un portefeuille diversifié.

 

A l’heure du choix

La couronne suédoise, moins populaire que la devise helvétique, mais encore sous-évaluée face à l’euro, est une autre alternative à la monnaie unique. A titre de diversification, nous conseillons aussi la couronne danoise.
Pour bien équilibrer vos placements, utilisez nos sélecteurs de sicav et d’obligations et consultez nos portefeuilles-types.

Partagez cet article