Analyse
Nouvelles économiques de la Chine et de la Nouvelle-Zélande il y a 6 ans - mardi 15 mars 2011

Avant le séisme au Japon et ses inévitables conséquences, l'économie mondiale poursuivait son chemin.

 

Déficit commercial en Chine en février

En Chine, alors que les exportations ont augmenté de 2,4 % sur un an, les importations ont flambé de 19,4 %. Au fur et à mesure que la note des importations augmente, le pays voit s’éroder les surplus commerciaux géants qui le caractérisaient encore il y a peu. De quoi conforter Pékin, souvent accusée de garder le yuan artificiellement sous-évalué pour favoriser ses exportateurs, dans ses choix.
Car si le pays garde un surplus important dans ses échanges avec les Etats-Unis, ce déficit illustre son intégration croissante dans le commerce mondial et le fait que la Chine est aujourd’hui, pour un nombre croissant de pays, un importateur net. Par ailleurs, l’inflation est restée inchangée à 4,9 % en février, signe que les pressions sur les prix restent bien présentes.

Baisse des taux directeurs en Nouvelle-Zélande

La faiblesse de l’économie kiwi au second semestre et le tremblement de terre qui a touché le pays le 22 février ont poussé les autorités monétaires à baisser leurs taux directeurs d’un demi-point, à 2,5 %. Selon des chiffres préliminaires, les coûts de reconstruction avoisineraient les 8 % du PIB. Cette baisse des taux a été mal reçue par les marchés qui ont sévèrement puni le dollar local. Déjà très modeste avant le séisme, l’activité économique risque en outre de s’avérer négative, plongeant le pays en récession.


Partagez cet article