Analyse
Twitter, indicateur boursier ? il y a 6 ans - mercredi 29 juin 2011

De nombreux participants des marchés rêvent d’un indicateur qui permettrait de savoir si un indice boursier va monter ou baisser. Personne à ce jour n’a toutefois encore trouvé le Saint Graal. A moins que…

Johan Bollen, professeur belge auprès d’une université américaine, pourrait prédire le climat boursier et l’orientation des indices américains à travers les messages sur Twitter.

 

Corrélation

Dire que les médias sociaux jouent un rôle toujours plus important dans la vie de tous les jours reviendrait à enfoncer une porte ouverte. Mais dire qu’ils pourraient aussi jouer un rôle en Bourse était jusqu’il y a peu encore impensable.
Or, le chercheur Johan Bollen et son équipe auraient établi un lien entre l’humeur générale sur Twitter et les mouvements boursiers… Cet indice Twitter indiquerait ainsi la direction du baromètre boursier américain, le S&P500, quelques jours à l’avance.
Selon l’étude menée, la corrélation s’élèverait à près de 87 %.
Nous devons toutefois préciser que Bollen & Co n’ont mené leur étude que pendant un mois, fin 2008.
Dans quelle mesure les résultats de l’enquête sont-ils extrapolables ? La question reste entière.
Le mode d’établissement précis de l’indicateur Twitter et ses composants sont jusqu’à présent restés un secret bien gardé. On sait juste que des mots lies à certaines émotions sont mesurés et, une fois rassemblés, donnent une humeur générale.

 

Bollen n’est du reste pas le seul à mener de telles recherches. Dans le cadre d’une autre étude, la popularité de trois sociétés, en l’occurrence Starbucks, Nike et Coca-Cola, a été suivie de près pendant environ un an sur Twitter, Facebook et YouTube.
Verdict ? Lorsque le nombre de suiveurs sur Twitter et Facebook augmente et que les petits films sur ces sociétés sont davantage regardés, le cours des trois actions en question augmente presque toujours dans les 10 à 30 jours qui suivent.

 

Une affaire d’hommes

Ces conclusions n’ont rien de vraiment étonnant. La Bourse est définitivement une affaire ‘d’hommes’, où règnent des émotions comme la nervosité, l’agitation ou le calme.
La psychologie des masses et le comportement grégaire déterminent aussi les (grands) mouvements des cours.
Croire que les investisseurs étudieraient toujours les facteurs de risque et de rendement de manière rationnelle au point d’aboutir à des échanges sans distorsions reviendrait à nier en grande partie la réalité. Ce n’est pas pour rien que la finance comportementale, cette discipline qui étudie l’impact de la psychologie humaine dans le monde financier, a gagné une place aussi importante sur les marchés financiers au fil des années. Il existe même des fonds de placement qui fondent en partie leur stratégie d’investissement sur la finance comportementale !

 

Les résultats de ces indicateurs ne doivent toutefois pas être surestimés. Ils ne donnent qu’une indication à court terme. Nous laissons donc cela aux traders et spéculateurs. Pour notre part, nous privilégions les placements à long terme fondés sur des facteurs fondamentaux et attachons donc moins d’importance aux fluctuations des cours à court terme.

 

Partagez cet article