Analyse
Etats-Unis : la pauvreté pèsera sur la croissance il y a 6 ans - jeudi 22 septembre 2011

Les chiffres publiés récemment sur la pauvreté aux Etats-Unis risquent de peser durablement sur la croissance.

Le nombre d’américains vivant dans la pauvreté est au plus haut depuis 50 ans. En 2010, quelques 46,2 millions d’américains se sont trouvés sous le seuil de la pauvreté, soit 15,1 % de la population du pays. Or, pour qu’une économie puisse exploiter au mieux son potentiel, elle doit tirer le maximum de sa richesse humaine.

Innovation : l’atout essentiel

Le bon fonctionnement du marché du travail est un atout de taille pour qu’un pays exploite au mieux son potentiel de croissance. Certes, le taux de chômage américain (9,1 %) reste inférieur à ce que nous connaissons en Europe. Mais ce chiffre donne une vision incomplète. Car le taux d’emploi (58,5 % en août) reste lointain des sommets qu’il connaissait avant la crise (63 %). Un mauvais fonctionnement qui pèse inévitablement sur les salaires. Aussi, le revenu moyen des ménages américains, qui a chuté de 2,3 % de 2009 à 2010, est au plus bas depuis 1997. Le vieux modèle de croissance américain, axé essentiellement sur les dépenses des ménages, semble donc menacé. Bien sûr, la capacité des Etats-Unis à se réinventer, à innover et à produire des entreprises à succès (comme Apple, Google ou Facebook) n’est plus à démontrer. Mais les conditions actuelles sont néanmoins telles qu’il serait illusoire d’espérer retourner rapidement aux niveaux de croissance d’avant la crise. D’autant plus que le crédit, qui a longtemps servi à pallier la stagnation des salaires, n’est plus aisément disponible. En outre, le marché immobilier et l’excès d’endettement restent les talons d’Achille de la plus grande économie mondiale et pèsent sur les banques du pays. Avec des millions de ménages exclus du marché du travail et dont le pouvoir d’achat ne cesse de se détériorer, il y a peu de chances que leur capacité à remplir leurs obligations financières s’améliore. Et il y a moins de chance encore de les voir se porter acquéreurs d’immeubles.

Des opportunités, néanmoins

L’économie américaine, bien que toujours très compétitive et capable d’innover, souffrira pendant des années de son incapacité à redynamiser le marché du travail et de la pauvreté qui ne cesse de progresser. La croissance économique des prochaines années sera donc relativement basse.

Toutefois, même en tenant compte de nos attentes peu optimistes en matière de croissance, nous considérons que les actions américaines sont globalement bon marché au vu des perspectives bénéficiaires des sociétés. Elles peuvent constituer un poste non négligeable de tout portefeuille correctement diversifié.
Voyez notre stratégie.

Outre nos conseils en actions (voyez notre sélecteur), nous recommandons aussi les sicav KBC Index United States et SSgA US Index Equity ainsi que le tracker iShares S&P500 (coté à Amsterdam) ou encore le fonds coté à Amsterdam Columbia Securities.

Partagez cet article