Analyse
Le Cygne noir ou l’évènement tout à fait inattendu il y a 5 ans - mercredi 2 novembre 2011

Allergiques à l’imprévu, les investisseurs craignent les cygnes noirs et leur impact sur les marchés. D’où vient cette image du cygne noir (Black Swan). Faut-il en avoir peur ?

Cygne australien

En 2007, le courtier et mathématicien américano-libanais Nassim Taleb publiait un ouvrage intitulé The Black Swan: The Impact of the Highly Improbable (le cygne noir, l’impact du très improbable). Il y développe une théorie cherchant à démontrer que les évènements inattendus du passé ont eu un impact beaucoup plus important que ce qu’on aurait pu croire, tant au niveau de la science, des finances ou de la technologie. Et qu’il en sera encore ainsi dans le futur.

 

L’image du cygne noir se base sur une histoire vieille de quelques siècles. En Europe, on considérait que, sans aucun doute, tous les cygnes étaient blancs. Jusqu’à ce que des colons découvrent en Australie des cygnes noirs. Une découverte qui, en l’espace d’une seconde, a fait basculer d’un seul coup une vérité pourtant bien établie.

 

Lehman Brothers

Taleb reporte ainsi cet évènement à ce qui peut se passer sur les marchés financiers. Que peut-il s’y passer en cas de découverte tout à fait inattendue ? Des modèles bien établis, des certitudes et des évidences peuvent s’évaporer d’un seul coup. Jusqu’en 2008, de tels évènements étaient rares.
Mais même si Taleb ignorait bien sûr en 2007 ce qui allait se passer exactement un peu plus tard, il pressentait néanmoins fortement qu’une nouvelle très inattendue allait ébranler les marchés. Pour s’en protéger, il avait pris des positions sur des produits dérivés qui promettaient de grimper fortement en cas de gros choc sur les marchés et d’importantes fluctuations de cours.
Finalement, ce sont la crise des subprimes et la chute de Lehman Brothers qui envoyèrent des ondes de choc sur les marchés. Un véritable coup de théâtre, aussi déstabilisant que put l’être à l’époque la découverte du cygne noir…

 

D’autres cygnes noirs en vue ?

Plus que jamais, les marchés craignent de nouveaux cygnes noirs. Un évènement inattendu est bien sûr par définition imprévisible. Mais si le défaut de paiement de la Grèce est à présent un fait, certains n’hésitent pas à évoquer toutes sortes de scénarios catastrophes, tels que la débâcle du dollar, du système bancaire européen, de la zone euro etc. D’autres se demandent quelles peuvent être les conséquences du printemps arabe : une vague de démocratisation ou un cauchemar, avec une explosion des prix du pétrole ?

 

De plus en plus de cygnes noirs sont donc craints. Mais s’ils sont craints, ils ne seront donc plus tout à fait inattendus s’ils se concrétisent.
Quoi qu’il en soit, comme à l’accoutumée, pour se protéger des conséquences de l’apparition d’un cygne noir, la solution est la bonne diversification de ses avoirs.

 

Partagez cet article