Analyse
Après le bilan de 2011, que nous réserve 2012 ? il y a 5 ans - jeudi 29 décembre 2011

Notre scénario établi fin 2010 pour 2011 s’est révélé juste dans ses grandes lignes. Mais l’impact du choc s’est révélé plus fort qu’attendu.

2011

Notre scénario économique établi fin 2010 pour l’année 2011 s’est révélé juste dans ses grandes lignes : craquements du système financier craquements sous le poids des dettes souveraines et des questions sur l’avenir de l’euro. Mais l’ampleur du choc et son impact sur la croissance économique mondiale se sont révélés plus forts qu’attendu.
L’investisseur n’a donc pas été à la fête. Plombée par son secteur financier, la Bourse de Bruxelles a perdu 12,5 % (et le Bel 20 17,8 %). C’est même toute la zone euro qui a pris un coup de froid avec une baisse de 16 %. Conséquence logique de l’aversion au risque chez tous les investisseurs, l’or a rebondi et les secteurs plus défensifs ont été plébiscités. Chez nous, les bons d’Etat ont fait l’objet d’un véritable engouement en fin d’année. Outre-Atlantique, le S&P 500 s’est un peu mieux défendu grâce à une banque centrale qui n’hésite pas à racheter de la dette publique, en donnant la priorité à la croissance économique, avant la lutte contre l’inflation. Mais là aussi, les marchés sont restés volatils et les échanges souvent peu étoffés.
Au terme de l’année, le S&P 500 navigue autour des 1 250 points, 80 % au-dessus des planchers touchés en mars 2009 (tant en dollar qu’en euro). Quant à l’indice européen, à 2 300 points, il a signé une progression limitée à 42 %, signe de la méfiance envers l’Europe.

 

2012

Les premiers mois de 2012 seront de nouveau marqués par une grande volatilité des Bourses et de nombreuses questions sur l’ampleur de la récession en Europe et la résolution de la crise des dettes souveraines. Les Etats-Unis s’animeront davantage au second semestre, à mesure qu’approchera l’élection présidentielle prévue pour le 6 novembre. Pour l’heure, nous vous conseillons d’éviter les actions de la zone euro et de privilégier le Royaume-Uni et les Etats-Unis. Utilisez nos sélecteurs d’actions et nos sélecteurs de sicav

 

Comment doit s’adapter l’investisseur?

En se demandant ce qu’il attend de ses placements et en les adaptant en conséquence. Plus que jamais, la réflexion doit être menée régulièrement, pour adapter sa stratégie aux éventuels changements (fiscalité, politique, économique…) susceptibles d’altérer le rendement ou d’augmenter le risque. Notre stratégie se veut globale, car l’équilibre des placements reste à nos yeux la pierre angulaire d’un bon rendement et surtout d’une bonne maîtrise du risque.
Dans cette période d’incertitude, n’hésitez pas à contacter nos experts

 

Nous vous souhaitons une bonne année 2012 et vous remercions pour votre soutien.

 

Partagez cet article