Analyse
Le dollar australien perd des plumes il y a 5 ans - jeudi 29 mars 2012

Après avoir atteint un sommet par rapport à l’euro en février, le dollar australien a depuis perdu quelque 5 %. A 1,28 AUD pour 1 EUR, il est aujourd’hui à son plus bas niveau depuis le début de l’année. Que faire ?

Les raisons de la baisse

Le passage à vide du dollar australien, ou plutôt la bonne forme de l’euro, s’explique certes avant tout par la relative accalmie sur le front de la crise de la dette souveraine en Europe. Mais il n’y a pas que cela ! Le dollar australien souffre aussi du ralentissement de l’économie chinoise, un partenaire commercial important, et du changement de modèle économique décidé par les autorités chinoises (voyez notre article à ce sujet). Un changement qui devrait se traduire par un appétit moindre pour les matières premières liées à la construction et les métaux de base. Or, le secteur minier est un des plus dynamiques d’Australie.
La baisse des cours que beaucoup anticipent pèsera donc inévitablement sur l’activité économique australienne, ce qui devrait amener les autorités monétaires de Sydney à baisser leurs taux directeurs (4,25 % actuellement). Une baisse des taux qui réduira le différentiel entre les rendements offerts en Australie et ceux offerts en Europe ou aux Etats-Unis, et pèsera sans doute sur l’appétit des investisseurs étrangers pour la devise australienne.

 

Que faire ?

En dépit des taux alléchants et de la situation financière enviable du pays, nous préférons donc rester à l’écart des obligations en dollar australien et vous conseillons de prendre vos bénéfices sur les obligations et sicav d’obligations en dollar australien. Même chose pour les sicav d’actions australiennes, malgré leur dynamisme.
Seule exception à l’achat, à condition d’en accepter le risque élevé, l’action du groupe minier australien Aditya Birla Minerals (Bourses de Sydney et Melbourne, ISIN : AU000000ABY1). Même en tenant compte de l’impact du fléchissement de la demande de la Chine (premier consommateur mondial de cuivre) sur le cours de ce métal, Aditya Birla reste en effet bon marché au regard de ses perspectives bénéficiaires.

Partagez cet article