Analyse
L’économie britannique en récession il y a 5 ans - jeudi 26 avril 2012

Le Royaume-Uni a vu son économie se contracter de 0,2 % entre le quatrième trimestre 2011 et le premier trimestre 2012. Sur un an, l’économie britannique affiche une croissance zéro.

Nos prévisions de croissance tiennent compte de ces chiffres peu brillants. La Bourse de Londres nous semble excessivement pénalisée. Vous pouvez toujours achetez des actions britanniques et les sicav qui s’y spécialisent. Pour savoir dans quelle proportion, consultez notre stratégie.

 

Malgré un déficit budgétaire de 8,3 % du PIB sur l’année 2011, une livre anglaise bon marché qui favorise les exportations, et les 325 milliards de livres créés par la Banque d’Angleterre pour alléger le financement de la dette publique, le Royaume-Uni est en récession.

Le repli du secteur industriel et celui de la construction sont les principaux responsables. Mais la faiblesse de l’activité est généralisée et la contribution du secteur des services est à peine positive.

Et cela ne devrait pas changer de sitôt. Les exportations bénéficient du coup de pouce de la livre affaiblie mais se heurtent à la conjoncture difficile. Dans le pays, la consommation souffre de la perte de pouvoir d’achat, du taux de chômage toujours important (8,3 % de la population active) et de l’endettement élevé des ménages. Quant à l’Etat, il devra continuer sur la voie de l’austérité. Après un déficit moyen de 10 % du PIB de 2009 à 2011, la dette publique continue de grimper. Elle a atteint 85,7 % fin 2011. Selon l’OCDE, en 2013, elle pourrait dépasser 100 %.

Sur l’ensemble de 2012, la croissance britannique devrait néanmoins être légèrement positive.

 

Partagez cet article