Analyse
Chypre demande l’aide de ses partenaires européens il y a 5 ans - mardi 26 juin 2012

L’assistance financière réclamée doit servir à sauver le secteur bancaire chypriote mais également à préserver la santé budgétaire du pays.

Les problèmes de Chypre ne sont pas neufs. Les banques et l’économie du pays, fortement exposées à la Grèce, sont frappées de plein fouet par la crise à Athènes. Les autorités ont postposé au maximum une demande d’aide européenne pour éviter les sacrifices demandés en contrepartie. Mais avec la dégradation du rating du pays (par Fitch), elles n’ont plus le choix.

 

A l’échelle du pays, les besoins sont colossaux. Rien que pour recapitaliser Cyprus Popular Bank, la deuxième banque du pays, il faudrait au minimum 1,8 milliards d’euros, soit du 10 % du PIB chypriote. Au total, les besoins pourraient atteindre 10 milliards d’euros alors que le PIB n’est que de 17,3 milliards. La Russie, qui a déjà prêté 2,5 milliards d’euros en 2011, a également été sollicitée. A l’échelle de la zone euro, l’aide nécessaire n’est rien par rapport aux montants octroyés aux autres pays en crise. Mais la demande rappelle que la crise est profonde et nécessite de vraies réponses.

Partagez cet article