Analyse
L’euro durement sanctionné il y a 5 ans - mardi 5 juin 2012

Quelles devises privilégier pour vous prémunir d’une aggravation de la crise dans la zone euro ?

Pourquoi l’euro baisse

Sur le marché des changes, l’euro continue de perdre des plumes. Avec le blocage politique à Athènes, le scénario d’une sortie de la Grèce de la zone euro a gagné en probabilité. En Espagne, c’est le secteur bancaire qui inquiète. Appelées à renflouer les banques, les finances publiques sont à leur tour fragilisées et les taux d’intérêt espagnols s’envolent. In fine, c’est l’avenir même de la zone euro qui est remis en cause, d’où la méfiance des investisseurs à l’égard de sa devise.

 

Dollar US, livre sterling, yen, franc suisse : restez à l’écart

En cette période de grande incertitude, où le pessimisme l’emporte parfois sur la raison, le dollar américain et le yen japonais, traditionnelles valeurs refuges, ont gagné respectivement 7 et 9 % face à l’euro en mai. La livre sterling, une des rares alternatives européennes à l’euro, a aussi tiré son épingle du jeu (+1,5 %). Le franc suisse, par contre, reste bloqué au seuil plancher de 1,20 CHF pour un euro, que les autorités helvétiques défendent bec et ongles.

 

N’achetez pas d’obligations dans ces devises. Elles offrent un rendement trop maigre et/ou ces monnaies sont chères face à l’euro. Nous ne pouvons exclure qu’elles baissent dans le futur, au détriment du rendement de vos placements.

 

Quelles devises acheter ?

Alors que ce sont les problèmes d’endettement des Etats qui affectent aujourd’hui l’euro, nous privilégions les devises de pays aux finances saines. Des devises qui ne sont aussi pas trop chères face à l’euro. C’est le cas :
– de la couronne suédoise : achetez la sicav obligataire KBC Renta Sekarenta
– de la couronne danoise : achetez la sicav obligataire KBC Renta Decarenta
– du dollar canadien : achetez la sicav obligataire KBC Renta Canarenta
– du zloty polonais : achetez la sicav obligataire KBC Renta Zlotyrenta

 

Cliquez ici pour connaître le poids de ces différents placements dans nos portefeuilles.

Partagez cet article