Analyse
Les Bourses et l’économie sur la semaine il y a 5 ans - vendredi 10 août 2012

De beaux résultats. Mais ce n’est pas la fin du tunnel.

Economie européenne et mondiale

La BCE prévoit pour 2012 une contraction de 0,3 % de l’économie européenne (contre -0,2% auparavant) et pour 2013 une croissance de 0,6 % (contre +1 %); nous prévoyons un recul de 0,8 % en 2012 et une croissance de 0,4 % en 2013.
En Italie, l’activité économique aurait connu au deuxième trimestre sa quatrième contraction successive, avec une baisse de 0,7 % face au trimestre précédent et de 2,5% en un an (chiffres préliminaires d’Istat).
En Grèce, où le gouvernement doit toujours trouver des milliards d’euros, le chômage a battu les records en mai (23,1 %).

 

Au Royaume-Uni, la Banque d’Angleterre prévoit une croissance nulle en 2012 et morose jusqu’en 2015. Avec un déficit budgétaire de 10,2 % du PIB en 2010, de 8,3 % en 2011, des taux directeurs à 0,5 % et un troisième cycle de création monétaire, les autorités commencent à manquer d’outils. Demande intérieure et investissement sont en berne et la balance commerciale a battu en juin un nouveau record de déficit. Certes, les exportations souffrent de la crise de la zone euro, mais celles vers les autres régions sont aussi en recul (-9,2 %).

 

En Chine, l’inflation en baisse (1,8 % en juillet) permet une politique monétaire favorable au soutien de l’activité (qui ralentit : en juillet, les exportations n’ont grimpé que de 1 % par rapport à un an plus tôt).

 

En Bourse

Aux USA, les statistiques de l'emploi éloignent les craintes de récession. Ce vendredi, le S&P 500 s'adjugeait 0,8 % sur la semaine. En Europe, les investisseurs ont tablé sur une action plus décidée de la BCE; le STOXX Europe 50 a gagné 1,1% sur la semaine, avec des améliorations sensibles sur les marchés les plus fragilisés : l'Espagne et l'Italie.
En Espagne, vous pouvez toujours acheter Bolsas y Mercados Españoles, Repsol, Telefonica et Tubacex. En Italie, nous conseillons Enel et Telecom Italia. Les banques françaises ont aussi profité de l’ambiance positive, avec des rebonds de 5 à 12 %. Conservez Société Générale et BNP Paribas. Quant au Bel 20, il n’est plus très loin de son sommet de l’année. Ageas et KBC (conservez les deux) ont bien profité de la tendance même si KBC a inscrit de lourdes moins-values sur ses participations encore à vendre. Les cycliques ont le mieux bénéficié de l’optimisme. Bekaert et Nyrstar se sont distingués. Nyrstar, injustement massacré, affiche un rebond de presque 25 % depuis fin juillet; l’action fait partie de nos cycliques favorites.

 

Résultats

Les résultats semestriels publiés sur la semaine sont plutôt rassurants. C’est le cas chez Aegon (achetez), Eon (conservez), Disney (conservez), Nestlé, CSC, et Rio Tinto.
Toutefois, en Europe, le chômage progresse toujours et les marges bénéficiaires donnent des signes de fragilisation. Les Bourses européennes, plutôt risquées, ne sont pas une aubaine. Préférez les américaines (rendements attendus plus élevés et dollar légèrement sous-évalué).

 

A noter par ailleurs le rebond de Nokia (+19 % sur la semaine). Les investisseurs croient en l’embellie des perspectives (vente de quelques brevets, nouveau smartphone attendu cet automne) mais cela ne nous semble pas durable; vendez. Quant à l’action Facebook, ses perspectives sont ternes et elle végète à moins de 45 % de son cours d'introduction; vendez.

 

A guetter

Les chiffres de l’inflation de juillet seront publiés pour les USA le mercredi 15/8 et pour la zone euro le jeudi 16/8. Ils ne devraient pas inquiéter les banques centrales, qui seront plus que probablement mises à contribution dès la rentrée pour relancer l’économie.

Partagez cet article