Analyse
Les marchés boursiers terminent la semaine dans le vert il y a 5 ans - vendredi 14 septembre 2012

La décision de la justice allemande et le 3ème plan de soutien de l’économie US orchestré par la Fed ont permis aux investisseurs de se tourner un peu plus vers les actifs plus risqués.

Bourses

Le feu vert de la justice allemande aux mesures de soutien dans la zone euro a été accueilli avec soulagement par les investisseurs. C’est une étape supplémentaire dans la résolution de la crise européenne, après l’annonce par la Banque centrale européenne (BCE) de son plan de rachats d’obligations. Ceci, combiné au 3ème plan de soutien de l’économie américaine orchestré par la Fed, a incité les investisseurs à revenir vers les actions.

 

Vendredi midi, le Stoxx Europe 50 était dans le vert, à 1,7 % sur la semaine. Le S&P 500 gagnait pour sa part 1,5 %. Tendance également positive pour le Bel 20 (+2,2 % vendredi midi sur la semaine).

 

Les investisseurs ne semblent pas disposés à prendre du recul après le rally boursier des dernières semaines (plus de 15 % de hausse pour les Bourses de la zone euro depuis le sommet européen de la fin juin). L’évolution de l’économie européenne ne prête pourtant guère à l’optimisme, tandis que les actions dans la zone euro ne présentent pas, selon nous, de forte sous-évaluation.

 

Taux et devises

La décision allemande a également été favorable à l’euro, qui a pris encore un peu plus d’altitude face aux principales devises. Il s’échange désormais au-dessus de 1,30 USD. La détente s’est aussi poursuivie sur le marché des taux à court terme (les plus volatils). Le taux à 2 ans espagnol a poursuivi sa glissade, entamée il y a un mois, pour revenir à 2,9 %, contre 6,5 % mi-juillet.

 

Entreprises

Le secteur du luxe s’est retrouvé sous forte pression après l’avertissement du britannique Burberry. Il fait craindre un ralentissement de la croissance des ventes sur un secteur finalement rattrapé par la crise économique et le ralentissement en Chine. En France, LVMH, PPR et Hermes ont perdu des plumes. Même évolution en Suisse avec Richemont et Swatch. Secteur trop cher pour un achat.

 

A Bruxelles, outre UCB qui semble profiter de nouvelles favorables dans l’élaboration d’un traitement contre l’ostéoporose, Nyrstar a brillé une fois de plus. Les spéculations autour de la participation de 7,8 % de Glencore attirent à nouveau l’attention. Peinant à convaincre les actionnaires de Xstrata d’accepter son offre, le Suisse pourrait se tourner vers des cibles plus petites comme Nyrstar. La sous-évaluation béante du groupe, que nous épinglons depuis longtemps, se résorbe peu à peu. Mais il reste du potentiel. Achetez.

 

Enfin, face à un marché immobilier US qui montre des signes encourageants, KBC s’est dit prêt à se passer des garanties de l’Etat belge sur ses CDO (titres représentatifs de portefeuilles de créances bancaires). Rien n’est fait. Mais l’économie potentielle sur ces assurances serait substantielle : 340 millions d’euros par an. Conservez.

 

A surveiller

Mardi 18 septembre

– Publication de l’inflation au Royaume-Uni. Elle permettra de voir l’ampleur d’un hypothétique plan de relance financé par la banque centrale.
– Moral des investisseurs en Allemagne. L’occasion de mesurer l’impact de la crise européenne sur la première économie de la zone euro.

Partagez cet article