Analyse
L’Inde : un pays au potentiel indéniable il y a 4 ans - mercredi 26 septembre 2012

Confrontée à une économie qui ralentit, l’Inde tente enfin de surmonter les jeux politiques qui bloquaient toute réforme.

Le pays réussira à dépasser ses divisions pour avancer dans les réformes et faire face à la dégradation économique. Investir dans les actions indiennes est un pari sur l’avenir, destiné à ceux qui osent.

Les sicav d’actions indiennes méritent une place dans les portefeuilles neutres et dynamiques à 10 ans à hauteur de 5 %.

Achetez la sicav Franklin India A EUR.

 

Déception économique

Ces dernières années, avec une économie en forte croissance (même lors de la crise de 2008), l’Inde semblait lancée sur la voie du développement. Pourtant, au deuxième trimestre, la croissance a chuté à son plancher des dix dernières années (5,5 %). Malgré l’essoufflement économique, l’inflation reste difficilement contrôlable (10 % en août). Le déficit budgétaire se creuse, la note de la dette souveraine est menacée et le déficit commercial s’accroît. Enfin, la roupie est malmenée, touchant des planchers historiques face à l’euro et au dollar en juin. Les investisseurs commençaient à douter de l’opportunité indienne. Les flux d’investissements étrangers ayant ainsi chuté de 78 % de juin 2011 à juin 2012, le gouvernement devait réagir.

 

Améliorer l’offre

De nombreux goulots d’étranglement (réglementations, infrastructures) pénalisant la production et la distribution des marchandises et des services, le gouvernement envisage l’ouverture du marché de la distribution aux entreprises étrangères, qui pourront enfin vendre directement aux consommateurs indiens. Jusqu’à présent, le commerce de détail est assuré par 12 millions d’entreprises, la plupart de très petite taille, et 40 millions de travailleurs. L’acheminement des marchandises du producteur au consommateur est inefficace et coûteux (multiplication des intermédiaires, manque d’infrastructures adéquates et de grands groupes capables d’investir dans les capacités de stockage et de transport).

 

Maîtriser l’inflation

Les défaillances dans la distribution sont aussi la cause de pressions inflationnistes. En ouvrant le secteur aux entreprises étrangères, le gouvernement espère des prix compétitifs au profit des consommateurs. Et pour garder sous contrôle les finances publiques qui dérapent, les autorités doivent réduire les coûteux programmes qui subsidient aujourd’hui certains produits de base et aident les plus pauvres. Les autorités ont déjà relevé de 12 % les prix du diesel et plafonné l’accès du public au gaz à prix préférentiel. Pour poursuivre dans cette voie sans provoquer la colère populaire, ni faire déraper l’inflation, une modération des prix dans le commerce de détail est indispensable. Elle l’est d’autant plus qu’elle permettra à la banque centrale d’abaisser son taux directeur (toujours à 8 %).

 

Pas de miracle à court terme

Le gouvernement doit relancer les réformes pour signifier aux investisseurs que l’Inde avance dans son développement. Mais la réalisation du programme annoncé sera difficile : une première tentative d’ouverture de la distribution aux entreprises étrangères a échoué en 2011, face à l’opposition des petits commerçants et des grossistes.

 

Partagez cet article