Analyse
Votre épargne en 2013 il y a 4 ans - lundi 31 décembre 2012

N’oubliez pas que, dans un contexte qui peut connaître de brusques soubresauts et une remontée rapide du risque, la gestion de votre épargne s’inscrit dans une stratégie globale alliant recherche du rendement et contrôle du risque.

Pour vous aider, consultez notre stratégie.

 

C’est l’activisme des banques centrales qui a permis de sauver la zone euro, alors que le scénario de sa destruction était redouté en début d’année. La baisse du risque sur les marchés financiers qui s’en est suivie a permis à notre portefeuille à dix ans de gagner 12 % sur l’année ! Une belle performance, qui ne garantit hélas pas celle de 2013.

 

L’intervention des banques centrales sur les marchés obligataires a très fort accru le risque de formation de bulles dans les obligations d’Etat, en particulier dans la zone euro et aux Etats-Unis. Restez donc à l’écart. Pour ce qui est des obligations d’entreprises, le contexte de taux très bas permet aux (grosses) sociétés, par ailleurs souvent riches en liquidités, de se financer à des conditions très avantageuses. Des taux bas qui ne font cependant pas l’affaire des épargnants. Nous vous en conseillerons au cas par cas si de belles occasions se présentent.

 

Au regard des taux très bas offerts sur les comptes d’épargne, n’hésitez pas à investir une partie de vos avoirs en actions. Leur niveau de risque est plus que compensé par un rendement intéressant à long terme. Notre scénario pour 2013 place les Etats-Unis au centre de notre stratégie. Vu leur niveau de valorisation, les actions américaines conservent un bon potentiel d’appréciation. Le pays verra sa croissance s’accélérer en 2013, ce qui est bon pour les entreprises, l’emploi et la consommation. Les actions américaines restent le premier poste de notre portefeuille de base (25 %). Consultez notre sélection.

 

Et l’Europe dans tout ça ? Même si elle devrait rester à la traîne, nous avons repéré quelques titres pour jouer des situations particulières. Citons par exemple EVS (croissance des parts de marché), Gimv (acquisitions opportunistes), Tubacex (stratégie de niche sur un marché en croissance), Aegon (hausse de la rentabilité) ou encore ArcelorMittal (sanction du cours exagérée).

 

Partagez cet article