Analyse
L’inde cherche l’accélérateur il y a 4 ans - mercredi 30 janvier 2013

La banque centrale d’Inde a revu ses taux à la baisse.

La bourse de Bombay est correctement évaluée, grâce notamment à une roupie qui l’est également. Elle offre des rendements élevés mais une volatilité nettement supérieure à celles des Bourses d’occident.
Nous faisons une petite place aux actions indiennes dans
nos portefeuilles.Vous pouvez y investir pour le très long terme au travers de la sicav Aberdeen Global - Indian Equity A2 USD.

 

A 7,75 %, les taux indiens sont au plus bas depuis 2011, date à laquelle une flambée de l’inflation (qui avait atteint alors 10 %) l’avait forcée la banque centrale indienne à durcir sa politique monétaire. Désormais, avec l’inflation à 7,2 % en décembre, les autorités ont pu baisser leurs taux pour la première fois depuis avril 2012. Elles ont aussi choisi de baisser le taux de réserves des banques du pays (part des dépôts que les banques doivent garder auprès de la banque centrale à 4 % seulement). De quoi permettre à ces dernières d’offrir davantage de crédit à une économie qui manque cruellement d’investissement.

L’Inde essaye ainsi de se remettre en confiance : après avoir cru un moment qu’elle pouvait imiter les taux de croissance de la Chine, elle a vite été rattrapée par les imperfections de sa gouvernance, sa réglementation, sa bureaucratie, son système judiciaire et ses infrastructures. Alors que la Chine termine 2012 sur une croissance de 7,8 %, l’Inde a connu pendant les premiers 9 mois une croissance moyenne de moins de 5,5 %. Découragés, les investisseurs ont été nombreux à quitter le pays, ce qui n’a pas manqué de peser sur la roupie.

Le pays cherche donc à redémarrer. Les réformes approuvées en septembre (libéralisation du secteur de la distribution et des services) y contribueront sans doute. Mais le potentiel de croissance nous semble limite à 6 % et le pays aura bien du mal à faire mieux sans que l’inflation s’envole.

 

Partagez cet article