Analyse
Mauvaise semaine au Royaume-Uni ? il y a 4 ans - mardi 23 avril 2013

Les indicateurs économiques du pays de Sa Majesté récemment publiés étaient peu enthousiasmants. Que doit faire l’investisseur ?

Londres reste incontournable en portefeuille. En dépit des problèmes du pays, les entreprises, très tournées vers l’extérieur, distribuent toujours des dividendes généreux et offrent des belles espérances de rendements.
Achetez les sicav d’actions
Cazenove UK Equity EUR et SSgA UK Index Equity.

 

Le taux de chômage britannique s’élève désormais à 7,9 % de la population active, contre 5 % avant la crise. Tout aussi néfaste au moral des consommateurs, la progression totale des salaires ne dépasse guère 0,8 %. Or, l’inflation reste élevée. A 2,8 % encore en mars, elle dépasse systématiquement l’objectif fixé par la Banque d’Angleterre. Du coup, le pouvoir d’achat des ménages est érodé et les ventes de détail en pâtissent (-0,5 % sur un an). Même si le premier trimestre pourrait finalement avoir clôturé sur une croissance, permettant ainsi au pays d’éviter une nouvelle récession, l’économie reste très fragile, d’autant plus que Londres est à court d’options.

 

Malgré les efforts d’austérité consentis par les Britanniques, le pays continue d’afficher des déficits budgétaires très élevés. La consolidation des finances publiques doit donc se poursuivre. Reste donc le levier de la politique monétaire. Mais la banque centrale est divisée entre la nécessité de retourner à la planche à billets et le statu quo monétaire.

 

L’annonce de nouvelles mesures semble donc improbable avant l’arrivée du nouveau gouverneur de la banque centrale, Mark Carney, en juillet. D’ici là, l’économie britannique devrait encore stagner.

Partagez cet article