Analyse
Flambée des taux interbancaires chinois : que faire ? il y a 4 ans - mardi 25 juin 2013

Les taux interbancaires chinois ont flambé. Est-ce le signal d’une crise imminente à la Lehman Brothers ? Faut-il se mettre à l’abri et réduire ses placements en Chine ?

Nous ne le pensons pas.
Même suite aux récents évènements et face à des prévisions de croissance assez limitées, la Chine reste incontournable dans
nos portefeuilles. Certes, le pays est en plein changement et des turbulences comme celles que vivent actuellement les Bourses ne peuvent être écartées. Mais, fondamentalement, pour ceux qui sont prêts à investir pour le long terme, la Chine reste intéressante, au travers des sicav Fidelity Funds - China Focus A EUR et GAM Star China Equity USD.

 

Voulu par les autorités

Le pic des taux interbancaires chinois a pour origine la volonté des autorités de Pékin de mieux contrôler le crédit. La banque centrale chinoise, inquiète des bulles qui existent sur certains marchés (immobilier…), incite les grandes banques à restreindre le crédit, pour limiter l’ampleur des bulles et empêcher qu’elles n’explosent.

 

Or, bon nombre de petites banques et autres véhicules spéciaux ne l’entendent pas de cette oreille et continuent d’octroyer du crédit à tout va, en se finançant sur les marchés interbancaires. Pékin semble donc avoir choisi maintenant d’inciter les grandes banques à restreindre ce crédit interbancaire. Les taux ont donc flambé… avant que Pékin n’intervienne à nouveau pour calmer le jeu. Cette flambée des taux interbancaires est donc d’abord un avertissement à ceux qui ne souhaiteraient pas suivre les indications de la Banque centrale. Et il n’est pas impossible que l’une ou l’autre petite banque soit sacrifiée pour donner l’exemple.

Risqué mais nécessaire

Il est vrai que si le crédit continuait de croître aux taux effrénés du début d’année, l’économie irait droit dans le mur.

 

Vues sur le long terme, ces actions des autorités chinoises sont donc plutôt favorables car elles permettent de renforcer le système financier et réduisent les risques de futurs déboires. Mais sur le court terme, la stratégie est risquée, car si le pic des taux se répercute sur l’économie réelle, l’impact pourrait précipiter une chute de la croissance.

 

Si la Chine se permet d’agir ainsi, c’est parce qu’elle dispose d’énormes liquidités que, le cas échéant, elle pourra injecter pour soutenir les banques. Il n’y a donc pas lieu de paniquer. En outre, nous n’attendons pas d’atterrissage en catastrophe de l’économie chinoise. Même ceux qui parient sur une telle possibilité prévoient rarement des taux de croissance inférieurs à 6 %. Selon nous, la croissance chinoise sera d’environ 6,5 % cette année et le potentiel de croissance future du pays est de l’ordre de 5,5 %.

 

Partagez cet article