Analyse
Inde : une situation toujours pas idéale il y a 4 ans - mercredi 30 octobre 2013

L'inflation atteint toujours un niveau fort élevé et la roupie reste sous-évaluée par rapport à l'euro. Et même si la Bourse de Bombay est à la fête, il convient aussi de relativiser la situation.

Correctement évaluée, la Bourse de Bombay reste présente dans nos portefeuilles les plus dynamiques et/ou à long terme à titre de diversification. À condition d’accepter un risque plus élevé, vous pouvez y investir jusqu’à 5 % de votre portefeuille à travers le fonds Aberdeen Global – Indian Equity A2 USD.

 

Situation toujours délicate

Après un été chahuté, marqué par la dégringolade de la roupie et la flambée des taux, l’Inde a retrouvé un semblant de calme. Vigilantes, les autorités continuent toutefois à agir pour éviter toute nouvelle flambée d’instabilité et la banque centrale a décidé de relever ses taux pour la 2e fois en deux mois pour les porter à 7,75 %.

 

Objectif ? Enrayer une inflation à 9,8 % en septembre, mais la bataille s’annonce difficile. Car si la roupie n’est certes plus au niveau de 92 roupies pour 1 euro atteint durant l’été, elle n’en reste pas moins très affaiblie à environ 84 roupies pour un euro. A ce niveau, la devise indienne est fondamentalement sous-évaluée par rapport à l’euro, une faiblesse qui rend les produits importés assez chers et constitue donc une très mauvaise nouvelle pour un pays qui importe la majeure partie de son énergie.

 

Pour couronner le tout, le cyclone Phailin, qui a touché l’Est de l’Inde début octobre, a détruit une partie des récoltes de céréales et fait flamber les prix de l’alimentaire.

 

Un retour à la normale des prix de l’alimentation devrait un peu calmer le jeu sur le front de l’inflation, mais il ne faut pas s’y tromper : pour que la stabilité des prix devienne une réalité, l’Inde et sa roupie devront d’abord retrouver la confiance des investisseurs. Une tâche qui n’a rien d’évident à l’heure où le pays prépare les élections législatives de mai 2014 et où les réformes promises maintes fois se font attendre.

 

Bourse en forme

Un contexte difficile donc, qui n’empêche pas la Bourse de Bombay d’être à la fête. Ayant plutôt bien résisté pendant la crise en août, l’indice Sensex est ainsi tout proche d’un nouveau record après avoir gagné 6,9 % en devise locale depuis le début d’année. Une progression perçue comme une victoire par les autorités indiennes mais qu’il convient aussi de relativiser car, en devise étrangère, le Sensex a en réalité perdu 8,9 % sur la même période.

 

Partagez cet article