Analyse
Attend-on une hausse ou une baisse des taux ? il y a 4 ans - jeudi 28 novembre 2013

Et quelle épargne sans risque choisir pour le long terme ?

Face à l’inflation en baisse et la croissance en berne, certains sont convaincus que les taux vont rester faibles. Pour d’autres, une remontée est possible. Quoi qu’il en soit, pour une épargne sans risque à long terme, nous conseillons une assurance-épargne et plus particulièrement le Fonds garanti d’AFER Europe.

 

Baisse des taux ?

Pour certains, ces prochaines années, les taux obligataires devraient rester faibles. En cause, la faiblesse de l’inflation, due à deux facteurs : d’une part, vu l’économie convalescente, la consommation atone et les capacités de production excédentaires, les entreprises doivent contenir leurs prix; d’autre part, les prix des matières premières (pétrole…), auparavant responsable du dérapage des prix, ont terminé leur boom.
Si l’inflation se calme, est-ce cependant au point de craindre la déflation, qui ferait baisser la consommation (pourquoi acheter aujourd’hui ce qu’on paiera demain moins cher ?), chuter le chiffres d’affaires et la rentabilité des entreprises, diminuer l’emploi et s’alourdir le poids de la dette des Etats ? En tout cas, la BCE tente de l’éviter (le 7/11, elle a réduit son taux directeur à 0,25 %).

 

Hausse des taux ?

Pour d’autres, les taux obligataires pourraient grimper. Car en 2014, la Fed devrait mettre fin à ses achats d’actifs, qui soutiennent l’économie (l’été dernier, la simple évocation de cette éventualité a fait grimper les taux). La Fed tentera sans doute d’éviter tout brusque redressement des taux. Mais il y aura inéluctablement une hausse, qui aura un impact chez nous (les investisseurs, attirés par des taux américains plus élevés, délaisseront les obligations en euro, lesquelles verront alors leurs taux monter).

 

Pour l’investisseur

– Ceux qui croient à une baisse de taux privilégient les obligations à long terme. Certes, le rendement de l’emprunt d’Etat belge à dix ans se limite à 2,5 % brut (±1,9 % net), mais au moins, ce taux est définitivement fixé, contrairement à celui des comptes d’épargne.
– Ceux qui croient à une hausse des taux sont contre le fait de bloquer leur argent à long terme (qui revient à se priver de profiter rapidement de toute hausse de taux).

 

Pour l’épargne à long terme sans risque

Optez pour une assurance-épargne.
Car le taux des comptes d’épargne devrait rester faible (si les taux montent, cela concernera d’abord les longues échéances). Et si les taux grimpent, vous pourrez sortir rapidement de cette assurance épargne, en récupérant votre mise (contrairement aux détenteurs d’obligations et sicav d’obligations, dont la valeur baisse si les taux grimpent). De plus, l’assurance-épargne vous donne encore accès au rendement élevé des anciennes obligations qu’elle a en portefeuille (une sicav peut aussi en détenir, mais vous les payez au prix fort car la valeur de la sicav reflète les plus-values).
Ces deux atouts de l’assurance-épargne compensent ses faiblesses (taxes et frais, précompte de 25 % en cas de retrait les 8 premières années).
Nous vous recommandons particulièrement le Fonds garanti d’AFER Europe.
En tant qu’abonné à Test-Achats, vous paierez des frais d’entrée réduits (0,35 % au lieu de 2 %). AFER ne compte pas de frais de sortie et a offert en 2012 un rendement de 3,45 % (qui devrait certes baisser, mais rester supérieur à celui des comptes d’épargne et des obligations à long terme).

Partagez cet article