Analyse
Les devises et les taux en février il y a 3 ans - mercredi 5 mars 2014

Yuan, rouble et taux européens en baisse.

Après un début d’année difficile pour les devises des pays émergents, la plupart d’entre elles se sont ressaisies en février. C’est le cas du real brésilien (+1,2 %), du rand sud-africain (+1,5 %) et de la rupiah indonésienne (+2,7 %). Fin d’alerte alors ? Pas vraiment.

 

Asie : la Chine mérite toujours une place dans vos portefeuilles

Les marchés s’inquiètent encore de l’état de santé de l’économie chinoise. L’intervention de la banque centrale pour affaiblir le yuan (-2,5 %) a souligné la nécessité d’agir pour rester compétitif face aux concurrents asiatiques. Pékin tente ainsi de contrer le recul des devises émergentes depuis l’été dernier, mais aussi la forte chute du yen japonais depuis l’arrivée au pouvoir de Shinzo Abe.

Russie : vendez vos sicav d’actions

Si la chute du yuan est voulue, celle du rouble russe l’est moins. La croissance en Russie n’a pas dépassé 1,3 % en 2013. Le rouble souffre de l’exposition du secteur bancaire russe à l’Ukraine. Les événements en ce pays tombent à un moment où la banque centrale russe fait le ménage dans le secteur. L’incertitude et la méfiance sont de mise.

Europe : nous restons globalement à l’écart

L’accalmie dans la zone euro a permis aux taux de reculer un peu partout. Malgré un nouveau gouvernement en Italie, les taux à dix ans ont terminé le mois à moins de 3,5 %, contre 4 % en début d’année et des pics à plus de 7 % à l’automne 2012. A leur niveau actuel, ils sont à un minimum historique, signe que la confiance quant à la capacité du pays à honorer ses engagements est revenue. Une tendance largement suivie en Espagne et au Portugal, et même en Grèce, qui a vu ses taux auxquels chuter vers 7 % à dix ans, au plus bas depuis le printemps 2010.

Ailleurs

Les devises des pays aux finances saines et offrant des taux encore intéressants ont été à la fête. Le dollar australien a gagné 0,1 % suite au discours de la banque centrale indiquant la fin du cycle de baisses de taux, le zloty polonais a grimpé de 1,9 % et la couronne norvégienne de 2,5 %.

 

Partagez cet article