Analyse
Mexique : prêt pour un nouveau départ il y a 3 ans - mercredi 19 mars 2014

Après vingt années de crises et une longue période de stabilisation, le Mexique a les cartes en mains pour exploiter son potentiel.

C’est le moment d’investir en actions mexicaines qui ne sont guère plus volatiles que celles des marchés développés.
Vous pouvez consacrer 5 % au tracker
iShares MSCI Mexico ETF, qui capitalise ses dividendes (pas de précompte) et n’est pas enregistré en Belgique (taxes boursières moins élevées).

 

Trente années d'errements

Entre 1950 et la crise de 1982, la croissance annuelle moyenne du Mexique a été de plus de 6 %. Ensuite, le Mexique a connu trois décennies difficiles (crises financières, inflation, déficits de la balance courante, finances publiques exsangues). Mais à présent, après 15 années d’efforts, la situation est assainie. Depuis 10 ans, l’inflation reste de ±4 %. Les comptes extérieurs sont quasi à l’équilibre et la dette de l’Etat ne représente plus que 30 % du PIB. La fin des crises financières a stabilisé le peso et relancé les investissements.

Renouveau de l'industrie

Condamnée voici quelques années par l’essor chinois, l’industrie mexicaine redresse la tête. Car les salaires chinois augmentant sensiblement, le coût du travail au Mexique va devenir moins élevé que le chinois. La proximité géographique avec les USA lui est aussi favorable (la hausse du prix du pétrole a augmenté le coût de transport). En outre, la réduction des stocks chez les distributeurs et la nécessité de s’adapter sans cesse à la demande plaide pour des productions moins éloignées. Une entreprise mexicaine profite dès lors du fait qu’elle peut fournir un client américain en quelques jours alors qu'un concurrent chinois a besoin de plusieurs semaines. Enfin, les investissements ont amélioré la productivité et fait évoluer la production vers de plus hautes valeurs ajoutées (automobile, pièces détachées).

Un potentiel à réveiller

Depuis décembre 2012, le pays a mis en place un programme de réformes. Il a multiplié les chantiers et réussi l’importante réforme énergétique. En ouvrant le secteur pétrolier au secteur privé, il redynamise une production en déclin depuis 10 ans. Autres points au programme : développement du tourisme, amélioration du système éducatif, révision fiscale, stimulation de la concurrence...
Ces réformes n’auront certes qu’un impact à moyen terme, mais le Mexique pourrait libérer son potentiel d’ici deux ans déjà.

Bon moment pour investir

Le Mexique est la quatorzième puissance mondiale en termes de PIB et la cinquième économie émergente derrière les BRIC. Grand fournisseur des USA, il possède une industrie compétitive, bien située pour profiter du renouveau américain. Le secteur des services ne demande qu’à y croître, notamment dans le tourisme et les soins aux personnes. Enfin, le marché intérieur de 120 millions d'habitants offre une marge de progression importante de la consommation.

 

Partagez cet article