Analyse
Royaume-Uni : crise presqu’effacée ? il y a 3 ans - mercredi 30 avril 2014

Le Royaume-Uni commence 2014 en pleine forme.

La Bourse de Londres profite de ce dynamisme relatif et de sa forte exposition à de nombreuses multinationales. Elle reste intéressante pour la plupart des portefeuilles. Vous pouvez toujours y investir au travers d’actions ou de sicav d’actions

 

Au premier trimestre, la croissance britannique a été de 0,8 % face au trimestre précédent et de 3,1 % par rapport à un an plus tôt, ce qui permet au pays d’approcher le même niveau de PIB que début 2008.

 

Si la progression de l’activité est une excellente nouvelle, la manière dont elle a été acquise soulève cependant quelques questions. L’économie britannique, très dépendante du secteur des services et des dépenses des ménages, affiche des taux de croissance qui ne sont possibles que grâce à l’érosion de l’épargne, au crédit à tout va et à l’effet de richesse lié à la hausse des prix de l’immobilier. En outre, le pays accuse toujours des déficits importants de sa balance commerciale et de sa balance courante, signe de son manque de compétitivité et de la détérioration des finances publiques.

 

Malgré une livre sterling sous-évaluée qui devrait rendre le pays plus compétitif, 2013 a clôturé sur un déficit de la balance courante de 4,4 % du PIB. Quant au déficit budgétaire, il a atteint 5,8 % du PIB en 2013.

 

A un an des législatives, la coalition conservateurs/libéraux semble avoir fait le plus dur. Reste à voir si Londres saura profiter de cette dynamique pour rééquilibrer une économie encore très dépendante de ce qui avait provoqué sa chute en 2008-2009 (immobilier, endettement...).

 

Partagez cet article