Analyse
Faut-il s'intéresser à nouveau à l'énergie solaire? il y a 3 ans - mercredi 28 mai 2014

Après avoir semblé sinistré, le secteur a rebondi puis rechuté…. Comment se comporter ?

Victime de son succès

Il y a quelques années, les entreprises du secteur de l’énergie solaire, alléchées par le potentiel de développement de ce marché et par les importants subsides accordés par les gouvernements à travers le monde, ont développé leurs capacités de production à un rythme bien supérieur à celui de la demande.
Aujourd’hui, le secteur doit dès lors faire face à une importante crise de surcapacités.
De plus, la crise économico-financière étant passée par là, les aides gouvernementales ont été très sérieusement réduites.
Résultat : les prix se sont effondrés, entraînant dans leur sillage la rentabilité des entreprises et poussant bon nombre d’entre elles jusqu’au dépôt de bilan.

Chutes et rebonds

– En 2012 / 2013, les actions du secteur ont touché le fond. Par la suite, elles ont bien rebondi, pour deux raisons.
Tout d’abord, les volumes de demande ont été ravivés par la demande grandissante de certains pays, notamment la Chine, ainsi que par les besoins du Japon, qui doit remplacer sa production d’électricité d’origine nucléaire.
Ensuite, dès le second semestre de 2013, les meilleurs élèves du secteur ont renoué avec la rentabilité. Il s’agit d’acteurs qui bénéficient des coûts les plus faibles (essentiellement les chinois) et / ou qui ont développé une activité dans les fermes solaires (production d’électricité pour compte propre, une activité plus lucrative que la vente de modules solaires).
C’est le cas de JinkoSolar.
– Mais, depuis début mars 2014, le secteur connaît un nouveau revers.
Car le défaut de paiement d’une entreprise chinoise du secteur (Chaori Solar Energy) a fait craindre une réaction en chaîne dans ce secteur, où les entreprises sont très endettées.
Ensuite, parce qu’au premier trimestre, la demande (notamment chinoise) n’a pas été à la hauteur des attentes. Certains acteurs de taille (les chinois Yingli Green et Trina Solar) n’ont pas atteint leurs objectifs de volumes vendus.

 

Les risques du soleil

Depuis mars, les actions du secteur souffrent. Ce qui montre à quel point ce secteur est fragile, volatile et risqué. Bien que l’énergie photovoltaïque conserve à long terme un joli potentiel de développement, la situation des acteurs du secteur nous semble globalement toujours précaire. Nous n’en recommandons guère l’achat (à quelques rares exceptions près). Ce type de valeurs n’a pas sa place dans le portefeuille d’un bon père de famille et est à réserver aux spéculateurs.

 

Partagez cet article