Analyse
La banque du Japon ne change rien il y a 3 ans - jeudi 22 mai 2014

Quelques jours après la publication des chiffres de croissance trimestriels, la Banque du Japon choisit de ne rien changer à sa politique monétaire. Or, l’économie aurait selon nous besoin d’un nouveau geste.

Le marché obligataire japonais est largement dominé par la présence de la banque centrale et le taux à 10 ans n’est que de 0,6 %. Restez à l’écart.
C’est par le biais du marché d’actions que nous profitons de la faiblesse du yen et de sa capacité à relancer la compétitivité des entreprises. La Bourse du Japon reste présente dans bon nombre de
nos portefeuilles,  au travers de la sicav Aberdeen Global - Japanese Equity A2 JPY.

 

Au premier trimestre, le Japon a connu une croissance économique de 1,5 % par rapport au trimestre précédente et de 3 % sur un an, dopée par l’anticipation des achats des ménages, désireux d’éviter la hausse de la TVA de 5% à 8% intervenue le 1er avril.
Le contrecoup pour la croissance du deuxième trimestre risque donc d’être sensible (les ventes dans les grands magasins ont chuté de 12 % en avril).
Malgré cela, la Banque du Japon (qui prévoit des injections de liquidités) estime que sa politique actuelle est suffisante pour favoriser le rebond des exportations et s’approcher de l’objectif d’inflation de 2 %. Or, si la précédente baisse du yen (et donc le renchérissement des produits importés) a permis à l’inflation d’augmenter, elle n’était encore que de 1,6 % en mars, soit loin de l’objectif de 2 %. Il en va de même pour la balance commerciale, dans le rouge depuis près de deux ans (les exportations tardant à décoller).
Certes, la hausse de la TVA devrait donner un coup de pouce à la progression des prix (la zone métropolitaine de Tokyo a annoncé une inflation de 2,7 % en avril) et les derniers chiffres montrent que, profitant de l’affaiblissement du yen, les entreprises augmentent leurs investissements et devraient à terme augmenter leurs exportations. Mais un geste de la Banque centrale serait cependant le bienvenu.

Partagez cet article