Analyse
Croissance chinoise trompeuse il y a 3 ans - mardi 22 juillet 2014

La bonne nouvelle n’en est en fait pas vraiment une.

Les perspectives à long terme restent néanmoins très intéressantes et justifient le poids de 10 % des sicav d’actions chinoises dans nos portefeuilles.

 

Après deux trimestres en mode mineur, la croissance du PIB chinois a accéléré légèrement au deuxième trimestre pour s’établir à 7,5 %, soit l’objectif officiel pour 2014. Face au ralentissement économique du pays, Pékin a en effet ressorti les vieilles recettes des plans de relance au détriment de l’indispensable évolution vers un modèle durable de développement économique. Malgré le discours officiel qui annonce toujours le développement de la consommation des ménages, c’est donc bien un nouveau boom du crédit et des investissements qui a relancé l’activité, avec les mêmes dérives que par le passé. Refusant de revoir son objectif de croissance, le pouvoir central a ainsi continué à favoriser l’endettement et à accroître le risque de crédit et de bulle immobilière. Pire, les autorités locales, déjà très endettées, ont été obligées de dépenser ce qui avait été décidé à Pékin… Si cette politique permet aux autorités d’assurer la croissance, elle retarde aussi les indispensables réformes, avec le risque de déclencher une crise financière et un atterrissage brutal de l’économie. Les perspectives à long terme restent néanmoins très intéressantes et justifient le poids de 10 % des sicav d’actions chinoises en portefeuille.

Partagez cet article