Analyse
Economie de la zone euro : petite forme ! il y a 3 ans - mercredi 2 juillet 2014

La reprise serait en train de ralentir !

Nos économies ne parviendront sans doute pas à accélérer dans les trimestres et années à venir. Des perspectives moroses donc qui, ajoutées à un euro encore cher face à la plupart des grandes devises, nous incitent toujours à investir le gros de nos portefeuilles en dehors de la zone euro. 

 

Manufacture

Selon l’indice PMI du secteur manufacturier de la zone euro (qui mesure l’activité tels que perçue par les directeurs d’achats des entreprises), la reprise ralentit. En juin, l’indice n’a pas dépassé 51,8 points contre 52,2 en mai, se rapprochant ainsi des 50 points (frontière entre expansion et contraction).
Comme souvent, les écarts entre pays de la zone sont importants.
L’Espagne peut s’enorgueillir de posséder une des industries les plus dynamiques d’Europe. L’Italie, les Pays-Bas et l’Allemagne restent confortablement en expansion.
Par contre, la Grèce replonge dans le rouge et la France voit son malaise s’approfondir.

 

Emploi

La modération de l’activité manufacturière ne devrait rien arranger au marché du travail. Le taux de chômage dans la zone euro n’a guère évolué face au mois précédent et reste à des niveaux inquiétants. En Italie et aux Pays-Bas, il poursuit même sa détérioration.
Par contre, le marché du travail s’améliore dans la plupart des pays touchés par la crise de la dette souveraine. Sur un an, le taux de chômage baisse en Espagne, au Portugal et en Irlande.

 

Inflation

En juin, l’inflation est restée stable à 0,5 % selon l’estimation rapide d’Eurostat, ce qui devrait garder la Banque centrale européenne en état d’alerte et pourrait la pousser à des mesures supplémentaires afin de relancer la croissance et éviter la déflation.

 

Partagez cet article