Analyse
Septembre : recul de l’euro face au dollar il y a 3 ans - mercredi 8 octobre 2014

En septembre, l’euro a brusquement baissé face au dollar. Mais d’autres devises ont encore été davantage chahutées.

Euro

De 1,31 USD en début de mois, l’euro a chuté à 1,26 USD le 30 septembre, soit un repli de 4 % qui l’a amené à un plus bas depuis deux ans. En cause, la décision de la BCE le 4 septembre de réduire le taux d’intérêt de 0,10 %, portant notamment le principal taux directeur à un minimum historique de 0,05 %. En outre, les grands argentiers ont annoncé un programme d’achats de dettes privées pour injecter des liquidités dans le système financier européen et relancer le crédit. Mario Draghi, le président de la BCE a par ailleurs fait passer le message qu’un euro plus faible aiderait à éloigner la menace déflationniste. Face à une banque centrale qui ne cache pas sa volonté d’affaiblir sa devise, réduit les taux d’intérêt et veut faire tourner la planche à billets, les investisseurs ont logiquement délaissé l’euro. Le repli face au dollar américain a été d’autant plus prononcé que la Réserve fédérale prépare les marchés à la fin des injections de liquidités et à une hausse des taux ces prochains trimestres.

 

Autres devises

Le rouble (-2 % face à l’euro) continue ainsi de souffrir de la crise en Ukraine et de son impact néfaste sur l’économie russe. Et le dollar australien, qui avait bien remonté depuis le début de l’année, a plongé de 4 % en septembre, vu la volonté de la banque centrale d’Australie de mettre fin à la surévaluation de la devise. Enfin, alors que Dilma Rousseff vient de remporter le premier tour des élections présidentielles (second tour le 26 octobre), les investisseurs redoutent l’immobilisme et ont délaissé le real brésilien (-5 %).

 

Taux

Les taux d’intérêt ont évolué en fonction des discours monétaires. Ils sont en baisse dans la zone euro suite à l’assouplissement de la politique de la BCE. Ils remontent graduellement aux Etats-Unis parallèlement à la normalisation de la politique de la Fed.

 

Partagez cet article