Analyse
La BCE prête à intervenir davantage il y a 3 ans - mercredi 12 novembre 2014

La BCE s’est dite prête à intervenir sur les marchés si les stimuli ne produisaient pas les effets escomptés et/ou si la menace déflationniste se faisait plus présente.

La perspective d’un bilan plus important pour la BCE, à l’heure où la Fed met un terme à son programme de rachats d’actifs, a fait retomber l’euro vers 1,24 USD. Face à cette volonté affichée d’affaiblir notre devise, et aux perspectives économiques maussades, nous continuons d’investir le gros de nos portefeuilles hors zone euro.

 

Concrètement, les autorités de Francfort étudient des formes d’intervention sur le marché des obligations sécurisées, mais aussi sur les marchés d’autres titres financiers liés à des actifs. La BCE souhaite ainsi inverser la tendance à la baisse de son bilan depuis 2012. De sommets à plus de 3 000 milliards d’actifs pendant l’été 2012, les actifs détenus par la BCE n’ont cessé de diminuer depuis, au fur et à mesure que les prêts octroyés au secteur bancaire au lendemain de la crise de 2008-2009 sont arrivés à échéance. Fin octobre, le bilan de la BCE ne dépassait plus 2 052 milliards EUR. Draghi évoque donc un retour du bilan aux niveaux de 2012 afin de soutenir l’économie. Reste à savoir si l’abondance de crédit suffira à redynamiser la demande privée et l’investissement dans la zone euro…

 

Partagez cet article