Analyse
Semaine sur les marchés : la BCE déçoit il y a 2 ans - vendredi 5 décembre 2014

Les Bourse européennes ont souffert pendant la semaine de l’absence d’annonce d’une nouvelle intervention de la BCE pour soutenir l’économie.

Marchés

Ce vendredi en début d’après-midi, le Bel 20 affichait néanmoins une progression hebdomadaire de plus de 1 %, grâce aux bonnes nouvelles en provenance d’Allemagne où les commandes à l'industrie ont augmenté de 2,5 % en octobre (un chiffre meilleur qu’attendu qui cela laisse espérer un rebond de l’économie allemande, après un faible troisième trimestre). Le Stoxx Europe 50 a cédé 1 % sur la semaine. Le S&P 500 a gagné 0,2 % sur fond d’amélioration de l’économie.

 

Secteurs

– Très sensibles à la politique monétaire, le secteur bancaire a perdu 1,7 % (la banque d’Angleterre laisse aussi ses taux inchangés).
– Le secteur pétrolier termine à l’équilibre après avoir chuté de 10 % depuis septembre. Le baril à New York continue de baisser sous les 70 USD. Ce recul fait l’affaire des compagnies aériennes dont les coûts se réduisent. Mais cela ne suffit pas à rendre le secteur attractif.
– L’annonce de la réorganisation d’E.ON (conservez) a laissé de marbre le secteur des services aux collectivités. Vous pouvez toujours acheter GDF Suez et National Grid.

 

Actions

– bpost (conservez) annonce pour l’exercice 2014 un dividende intérimaire de 1,04 EUR net, en hausse de 12 % par rapport à un an plus tôt (rendement sur dividende : 4,3 % net). C’est mieux que nos attentes et cela reflète la bonne marche des affaires, tant pour le courrier classique en Belgique que les envois internationaux de colis. Nous relevons nos prévisions de dividende, mais, vu la forte hausse du cours depuis début 2014, nous n’achetons plus.
– Corning (achetez) relèvera de 20 % son dividende trimestriel (payable au premier trimestre 2015), à 0,12 USD brut, et rachètera des actions d’ici fin 2016, pour un peu plus de 5 % de sa capitalisation boursière.
– Glaxosmithkline (conservez) lance un nouveau plan pour économiser ±21 p. avant impôts et par action sur la période 2015-2017, en supprimant des centaines d’emplois aux USA (dans la vente et la recherche). Une décision due à la baisse des ventes plus forte que prévu du traitement vedette contre l’asthme Advair, qui subit la pression des assurances santé américaines. Car des alternatives moins coûteuses existent comme le Symbicort d'AstraZeneca qui a déjà perdu son brevet.
– Lufthansa (conservez) souffre de nouvelles grèves de pilotes, opposés à la réforme des retraites et à la stratégie low cost du groupe. Pourtant, le groupe n’a guère le choix s’il veut affronter les concurrents à bas coûts (Ryanair, Easyjet...). Dans l’attente, il cherche des alternatives pour les clients. Nous ne réduisons pas nos prévisions car l’impact des grèves devrait être compensé par la baisse du prix du baril. L’objectif de bénéfice opérationnel 2014 devrait être atteint.
– Nyrstar (achetez) a profité d’un conseil d’achat de Citigroup, qui met en évidence l’impact positif de la hausse du dollar et le retour possible de la confiance des investisseurs, à présent que le CEO a été écarté.
– Ontex (conservez) avait profité la semaine passée de l’annonce de bons résultats trimestriels mais a souffert ensuite de la vente d’un tiers de la participation du premier actionnaire (fonds private equity Whitehaven), à un prix (normal) de sans doute 21 à 21,50 EUR.
– Schneider (conservez) a finalisé l’acquisition du n°2 turc des équipements électriques. L’opération n’aura pas d’impact sur les résultats immédiats et s’inscrit dans la stratégie de recherche de relais de croissance à l’étranger.
– Solvay (vendez) a finalisé la vente d’Eco Services (acide sulfurique aux USA) et poursuit ainsi son recentrage sur les produits de spécialités, moins cycliques et plus rentables. Il accroît aussi sa capacité de production de polymères innovants en Inde, pour faire face à la hausse de la demande. Mais le titre reste cher.
– Wereldhave Belgium (conservez) a été stimulé par plusieurs conseils d’achat. Depuis notre conseil d’achat d’il y a quelques semaines, le cours a gagné environ 10 %, de sorte que la prime atteint 26 % et que le rendement sur dividende chute à 3,2 % net. Dans ces conditions, nous ne sommes provisoirement plus acheteurs.

Partagez cet article