Analyse
USA : baisse des ventes de détail et des taux longs il y a 2 ans - jeudi 15 janvier 2015

Le recul est surprenant mais nous ne sommes pas pessimistes.

Nous n’attendons pas que 2015 soit un grand cru pour l’économie, mais nous pensons aussi qu’il n’y aura pas de catastrophe et que les rendements des obligations d’Etat européens sont trop faibles pour les préférer aux américaines, qui offrent un rendement meilleur et restent une valeur-refuge. Voyez dans notre stratégie comment y investir.

 

En décembre, les ventes de détail aux USA ont reculé de 0,9 % par rapport au mois précédent, lui-même marqué par une hausse de 0,4 % seulement (au lieu de 0,7 % annoncé). Pourtant, la reprise économique, l’amélioration du marché du travail et la baisse des prix des combustibles auraient dû permettre aux ménages d’accroître leur consommation.

 

Les investisseurs, surpris par cette nouvelle, cherchent dès lors refuge auprès des obligations, ce qui fait reculer les taux à long terme de plusieurs pays.
Aux USA, le taux à 10 ans a baissé à ±1,8 %, celui à 30 ans à moins de 2,4 % (du jamais vu).
Le taux à 10 ans a baissé à 0,25% au Japon, à 0,45 % en Allemagne, à près de 0,7 % en France, à 0,6 % en Belgique et à 1,5 % au Royaume-Uni.
Avec l’inflation à 1,3 %, rien ne presse la Réserve fédérale à procéder à une hausse des taux. Et dans la zone euro, la Cour de justice a donné son feu vert aux rachats de dette par la Banque centrale.

 

Mais les marchés craignent une spirale déflationniste, capable de peser durablement sur l’économie mondiale. Un scénario exagérément pessimiste selon nous.

 

Car si la baisse des prix des combustibles pèse sur l’inflation pendant une certaine période, tôt ou tard, l’amélioration du pouvoir d’achat qu’elle génère relancera la consommation. Et dans l’attente, les politiques monétaires restent souples. Enfin, les politiques d’austérité sont ci et là mises en parenthèse, histoire de ne pas détériorer une conjoncture déjà faible.

Partagez cet article