Analyse
Chine : nouveau ralentissement il y a 2 ans - jeudi 16 avril 2015

Ce n’est pas une surprise.

Au premier trimestre 2015, la croissance annuelle chinoise a été de 7,0 % (contre 7,3 % un an plus tôt). C’est le chiffre le plus bas depuis six ans. Au vu de l’évolution du marché et de la devise, la prise de bénéfices sur le marché chinois se poursuivra en 2015. Mais l’économie garde assez de dynamisme pour que la Chine reste présente dans une partie de nos portefeuilles.

 

Le ralentissement se ressent dans le secteur industriel, la consommation d’énergie, la production industrielle ou encore les exportations (baisse annuelle de 15 % en mars).
Et ceux qui attendent des autorités de Pékin qu’elles paniquent risquent d’être déçus. Ayant largement anticipé qu’un changement de modèle de croissance pèserait nécessairement sur le dynamisme de l’économie, elles ont revu leur objectif de croissance pour 2015 vers 7 % et resteront sur la même voie. Le dynamisme du marché intérieur a beau rester insuffisant pour constituer le moteur de la croissance, des chiffres non négligeables sont constatés (investissements : +13,5 %, ventes de détail : +10,2 %). Quoi qu’il soit, Pékin n’a pas le choix : un retour vers le modèle de croissance du passé, axé sur les exportations, s’annonce très peu probable. Car les salaires chinois augmentent plus rapidement que ceux des principaux et le yuan, s’est apprécié de ±15 % face à l’euro depuis début d’année, est surévalué (ce qui pèse sur la compétitivité du pays).

Partagez cet article