Analyse
Peu de progrès sur la crise grecque il y a 2 ans - mardi 21 avril 2015

Si Athènes reste confiante quant à sa capacité à aboutir à un accord, le FMI (Fonds monétaire international), lui, ne s’est guère montré rassurant.

Comme les taux d'intérêts de la zone euro restent à des niveaux historiquement bas, nous n'investissons en aucun dans les obligations européennes. Découvrez notre stratégie en détail. 

 

Jusqu’ici, les marchés avaient largement ignoré les craintes liées à la Grèce, mais la fin de semaine a vu les taux sur la dette portugaise, espagnole et italienne repartir à la hausse, alors que le taux allemand à 10 ans a touché un nouveau minimum historique à 0,07 %. Bien entendu, c’est le marché de la dette grecque qui a été le plus touché.Il y a un an, le Trésor grec avait émis 3 milliards EUR d’obligations à 5 ans à un taux de 4,95 %. Aujourd’hui, le taux sur cette même échéance est de 19,01 %.

 

Partagez cet article