Analyse
USA : les ventes de détail ne progressent pas assez il y a 2 ans - mercredi 15 avril 2015

Après une chute de 0,5 % de janvier à février, les ventes de détail aux USA ont rebondi en mars (+0,9 %).

C’est certes insuffisant pour rassurer les marchés, inquiets face à d’autres indicateurs qui laissent planer la perspective d’une croissance réduite au premier trimestre. Mais nos portefeuilles restent présents sur le marché américain. Si celui-ci souffrira du renchérissement du dollar, sa croissance dépend surtout de la demande intérieure (forte). Les rendements espérés des actions américaines sont ainsi toujours plus élevés que ceux de la zone euro. Et sur l’obligataire d’Etat, les rendements offerts sont supérieurs à ceux de la zone euro; il s’agit d’un placement défensif par excellence, et donc d’une diversification bien utile. 

 

Face au moindre dynamisme des ventes de détail, les chances s’éloignent de voir la Fed relever ses taux en juin.
Les marchés parient de plus en plus sur une première hausse des taux à la fin de l’été et les marchés obligataires s’adaptent : le taux américain à 10 ans, après un pic à plus de 2,2 % en mars, a reculé jusqu’à 1,86 %. Le taux à 30 ans est à 2,51 % contre 2,65 % voici un mois.
Il est vrai que l’organisation mondiale du commerce vient de revoir à la baisse ses prévisions pour le commerce mondial en 2015 (elle table sur +3,3 % alors qu’il y a un an, elle prévoyait plus de 5 % en moyenne en 2014 et 2015). Et le FMI réduit aussi ses prévisions de croissance pour les USA (vu que la cherté du dollar pèsera sur l’économie).

 

Partagez cet article