Analyse
La zone euro va mieux il y a 2 ans - mercredi 3 juin 2015

En mai, l’inflation a été de 0,3 %.

Malgré l’amélioration de la conjoncture, nous restons globalement à l’écart des actions du Vieux continent dont les rendements devraient rester relativement modestes.
Pour équilibrer vos portefeuilles, consultez
notre stratégie. 

 

La spirale déflationniste tant redoutée en Europe a été évitée grâce à l’intervention de la BCE. Et s’il est vrai que, à 0,3 %, l’inflation est encore loin des 2 % visés, il est vrai aussi que le programme de rachats d’obligations de la BCE ne fait que commencer et doit se poursuivre jusqu’en septembre 2016. Le chiffre profite aussi dèjà et devriat profiter encore de l'évolution du prix du baril de pétrole (en janvier, il était de 9,3 % moins élevé qu'un an plus tôt, actuellement il n'est plus que 5 % moins élevé qu'un an plus tôt...).


Il ne s’agit pas de la seule bonne nouvelle : l’indice PMI du secteur manufacturier, qui mesure l’activité telle que perçue par les directeurs d’achat des entreprises de la zone euro, a connu une légère hausse, à 52,2 points, signe d’expansion du secteur. Principaux piliers de cette reprise : le repli de l’euro (qui accroît la compétitivité des produits européens), la baisse de prix des combustibles (qui élargit la marge de manœuvre des ménages) et le crédit bon marché.

Parmi les grandes économies européennes, seule la France doit encore composer avec un secteur manufacturier en légère contraction (49,4 points). L’activité de l’industrie allemande (51,1 points) a été moins forte que le mois précédent mais l’expansion reste de mise. L’industrie espagnole, à 55,8 points, atteint son meilleur résultat depuis le début de la crise et est la plus dynamique de la zone. L’Italie fait aussi un retour remarqué : à 54,8 points, le secteur manufacturier y atteint son meilleur résultat depuis quatre ans et signe donc une solide reprise.

 

Partagez cet article