Analyse
Chine : demande interne en berne il y a 2 ans - jeudi 15 octobre 2015

Pour le onzième mois consécutif, les importations chinoises se sont encore effondrées en septembre (-17,7 % par rapport à un an plus tôt).

Pour l’heure, nos portefeuilles investissent cependant toujours une dizaine de pourcent en actions chinoises.

 

En valeur, la chute des importations chinoises est due en partie au recul de prix des matières premières. Mais quoi qu’il en soit. le volume des biens achetés est bel et bien en baisse.

Les exportations sont également en repli, mais de 1,1 % seulement sur les 12 derniers mois.

Avec un effondrement des importations et une érosion lente des exportations, la balance commerciale a doublé en un an, à 376 milliards de yuans. Mais ce n’est pas une bonne nouvelle, car ce surplus résulte du ralentissement de la demande interne, alors que celle-ci est précisément appelée à devenir le moteur de l’économie chinoise. Et il n’empêchera pas la croissance d’encore ralentir au troisième trimestre.

Autre conséquence du ralentissement de la demande intérieure : l’inflation est en baisse en septembre, à 1,6 % contre 2 % le mois précédent.

Enfin, en septembre toujours, et pour le 43e mois consécutif, les prix à la production ont poursuivi leur recul (-5,9 % sur un an), confirmant ainsi encore la faiblesse de la demande et le fait que l’industrie chinoise soit forcée de baisser ses prix pour écouler sa production.


Partagez cet article