Analyse
Le Japon : stagnation et déflation il y a 2 ans - jeudi 8 octobre 2015

L’économie nipponne est tombée en contraction au 2e trimestre et les premiers chiffres disponibles pour septembre révèlent un repli des prix à la consommation.

Le Japon souffre une fois de plus d'une stagnation de sa croissance accompagnée de déflation.
Mais nous investissons toujours une partie de
nos portefeuilles en actions japonaises.

 

Certes, la chute des prix du pétrole est responsable de la remise en cause de l’objectif d’inflation à 2,0 %. Mais sur le front de la croissance, le programme de rachats d’actifs (près de 600 milliards d’euros par an) tarde à porter ses fruits. Il est dès lors question de revoir à la hausse les créations de devises à injecter sur les marchés, surtout si le 3e trimestre se solde par un retour en récession. A un moment où la Fed songe à relever ses taux, cela garderait le yen sous pression.

 

Par ailleurs, le gouvernement a été remanié. Les ministres des finances et de l’économie sont restés en place, mais un nouveau ministère a été créé pour réformer la sécurité sociale, pour régler le problème de la démographie (la population du Japon est la plus âgée de la planète) et rendre du tonus à l’économie.

 

Toutefois, si l’impact des mesures budgétaires et monétaires ne sont pas bien visibles, les entreprises du pays ont profité de la faiblesse du yen pour reprendre des parts de marché et accroître leurs bénéfices. Bien sûr, les exportateurs nippons souffrent aussi du ralentissement chinois et de l’incertitude mondiale. Mais, fondamentalement, ils bénéficient d’une devise affaiblie, de taux faibles et du prix du baril de pétrole au plus bas. Leur capacité à innover fait le reste.

Partagez cet article