Analyse
Le Yuan : une devise très en vue il y a un an - mercredi 16 décembre 2015

Suite à l’entrée du yuan dans le club des droits de tirage spéciaux du FMI, la Chine a aussi choisi de faire évoluer le panier de devises face auquel elle fait évoluer le yuan.

Les marchés chinois ont fêté la nouvelle approche et la baisse du yuan qui en découle (laquelle devrait favoriser le compétitivité du pays).
Dans le cadre de
nos portefeuilles diversifiés, nous continuons d’investir dans les Bourses chinoises (avec une priorité pour celle de Hong-Kong).

 

En 2005 déjà, la Chine avait annoncé que le cours du yuan serait fixé par rapport à un ensemble de devises, dont la constitution exacte n’a jamais été divulguée (en réalité, le yuan a continué alors d’évoluer en fonction du dollar américain). Le nouveau panier se veut plus varié et transparent. Le dollar reste dominant (26,4 %), mais l’euro est aussi très présent (21,4 %), ainsi que le yen (14,7 %), suivis du dollar australien, du rouble, de la livre sterling, du dollar canadien, du franc suisse, du dollar de Hong Kong, du ringgit malaysien, du dollar de Singapour, du baht thaïlandais… Un panier dont la constitution évoluera en fonction du commerce extérieur chinois.

 

Si la Chine a choisi ce moment pour l’introduction de ce panier (qui fait se déprécier le yuan face au dollar), c’est parce que le resserrement de la politique monétaire de la Fed a tendance à renforcer la devise américaine, surtout face aux devises émergentes. Et un yuan qui suivrait le dollar à la hausse se traduirait par une perte de compétitivité pour la Chine… Ce que Pékin veut éviter, à un moment où le passage à vide de son économie se poursuit et où la demande intérieure chinoise se montre incapable d’assurer la croissance.

 

Il y a donc fort à parier que le yuan sera utilisé pour soutenir la compétitivité du pays et que sa dévaluation face au dollar se poursuivra.


Partagez cet article