Analyse
La Fed se fait de plus en plus prudente il y a un an - vendredi 19 février 2016

Son discours est imprégné de nuances.

Vu l’absence de hausse imminente des taux et la légère surévaluation du dollar face à l’euro, restez à l’écart de l’obligataire américain.
Préférez les actions, plus prometteuses (les entreprises américaines continueront de profiter de l’amélioration du marché du travail, de la hausse des salaires et de l’accroissement du pouvoir d’achat des ménages).
Faites votre choix parmi
nos favorites.
Ou investissez-y de manière globale via
iShares Core S&P 500 UCITS ETF. 


Les autorités monétaires américaines se montrent satisfaites de l’amélioration du marché du travail et de la hausse des salaires mais notent que les risques qui planent sur l’économie américaine sont en hausse. En cause, le léger affaiblissement des dépenses des ménages, le passage à vide des exportations (dû à la vigueur du dollar), la méforme passagère de la production industrielle (due surtout aux secteurs touchés par la faiblesse des prix du pétrole) et la volatilité des marchés financiers (avec le retour de l’aversion au risque).

Dans l'immédiat, la Fed ne touchera pas aux taux. Elle réaffirme cependant qu’elle s’attend à une conjoncture justifiant une future normalisation graduelle. Mais elle précise que tout dépendra de nombreux facteurs (marché du travail, inflation, marchés financiers, situation internationale...).

Selon nous, une hausse des taux en 2016 reste plausible (même si on est loin des prévisions de fin 2015 évoquant quatre hausses en 2016). Nous pensons toujours que la hausse sera très graduelle et particulièrement bien signalée, pour ne pas trop nuire aux Bourses ni provoquer l’envol des taux obligataires. Le marché obligataire l’a d’ailleurs bien compris : ayant commencé 2016 aux abords de 2,3 %, les taux américains à 10 ans ont rechuté sous 1,7 %, avant de se stabiliser vers 1,8 %.

 

Partagez cet article