Analyse
OPEP : espoir d’accord sur une réduction de la production de pétrole il y a un an - mercredi 17 février 2016

La rencontre de responsables saoudiens, russes, vénézuéliens et qataris à Doha a fait croître les espérances.

En conséquence, le prix du baril de Brent est remonté dans le courant de la journée de ce mardi 16 févier au-delà des 35 USD. Mais les marchés sont néanmoins déçus.
Vous pouvez toujours acheter les actions pétolières suivantes :
Exxon, Chevron, Repsol et Encana (risque très élevé).

 

 

Le très faible niveau actuel du prix du baril de pétrole est étroitement lié aux surcapacités de production existantes et à l’incapacité des pays de l’OPEP à trouver des consensus pour le contrôler.

 

Certes la situation évolue. Pour la première fois depuis 2014, un accord a été trouvé entre les poids lourds de l’or noir. Mais, l’accord ne vise pas une réelle réduction de la production mais plutôt le gel de celle-ci aux niveaux de janvier 2016. Et à condition que d’autres fassent de même !

 

Or, avec la production iranienne qui évolue de mois en mois, il est peu probable que Téhéran accepte de stabiliser sa production au niveau actuel. Il est donc peu probable que le récent accord ait un effet. Pour ce faire, de nouveaux marchandages devront intervenir.

 

Néanmoins, l’important est que l’OPEP se reparle, signe que les problèmes financiers posés par les cours actuels sont suffisamment importants pour faire oublier d’autres désaccords. Si, dans l’immédiat, cette volonté de dialogue ne change pas grand-chose, elle laisse supposer que ces pays seront prêts à s’entendre si le Brent devait tomber à nouveau sous les 30 USD.

 

Partagez cet article