Analyse
Standard & Poor’s vient d’encore réduire le rating du Brésil il y a un an - vendredi 19 février 2016

Le rating est à présent de BB avec une perspective négative. Les obligations de l’Etat brésilien sont de véritables junk bonds.

Fitch a aussi déjà placé le Brésil dans la catégorie des junk bonds en décembre.
Seule Moody’s garde la dette brésilienne dans ses obligations d’investissement, mais précise que cela peut changer à tout moment.

Pour l’investisseur à moyen et long terme, conscient du risque encouru, les actifs brésiliens peuvent constituer une diversification, pour une petite partie du portefeuille, soit via les fonds
HSBC Global Investment Funds Brazil Bond (obligations) ou BNY Mellon Brazil Equity A EUR (actions), soit, pour les amateurs d’actions individuelles qui n’ont pas froid aux yeux, via l’action Telefônica Brasil.

 

Le Brésil traverse une période difficile. Pour 2015, la contraction de l’économie avoisinera 4 %; l’inflation est à plus de 10 %, les finances publiques se détériorent et les scandales de corruption à répétition minent la crédibilité du monde politique ainsi que la confiance des ménages. Les investisseurs doutent de la capacité de Dilma Rousseff à reprendre la main et préfèrent rester à l’écart.

 

Ce n’est cependant pas nécessairement dramatique. La dette publique a certes beaucoup augmenté ces deux dernières années mais elle ne dépasse guère les 66 % du PIB. Et si le pays mettra du temps à se remettre, il est aussi vrai qu’un simple changement de gouvernement pourrait favoriser la confiance. D’autant que des actifs, à force d’être délaissés par les investisseurs, sont à présent bon marché : le real est largement sous-évalué, l’indice de la bourse de São Paulo a perdu 20 % sur un an (en real) et les obligations offrent des rendements proches de 16 % à 10 ans.


Partagez cet article