Analyse
La Banque d’Angleterre opte à nouveau pour le statu quo il y a un an - vendredi 15 avril 2016

L’économie britannique va donc encore bénéficier d’une politique monétaire expansionniste.

Pensant en outre qu’une sortie de l’UE est peu probable (référendum prévu le 23 juin), nous sommes toujours favorables aux actions britanniques qui offrent des espoirs de rendement supérieurs à ceux du continent, pour une volatilité un peu moindre.
Elles restent dans
nos portefeuilles, notamment au travers d’Invesco UK Equity Fund A.

 

Face aux craintes liées au Brexit, certains s’attendaient à voir la Banque d’Angleterre s’exprimer en faveur d’une baisse des taux. Mais, bien qu’insistant sur le fait qu’un Brexit pourrait mettre en péril la croissance britannique, léser la livre et les actifs financiers, la Banque d’Angleterre a choisi de laisser son taux directeur à 0,5 %, comme depuis mars 2009.
C’est le signe qu’elle perçoit une légère amélioration de la conjoncture. Il est vrai que le risque lié à un atterrissage en catastrophe de l’économie chinoise diminue et que l’économie américaine donne aussi des signes encourageants. Autant de signaux qui ont facilité le rebond des prix des matières premières, favorable à la Bourse de Londres, qui accueille beaucoup d’acteurs des secteurs minier, de l’énergie et des matières premières.
Ainsi, depuis son plancher du 11 février, l’indice FTSE100 a repris 15 %, pour atteindre son niveau le plus élevé depuis début 2016.

Partagez cet article