Analyse
Très net ralentissement de l’économie américaine il y a un an - vendredi 29 avril 2016

Au 1er trimestre, la croissance économique ne semble pas avoir dépassé 0,5 % par rapport au 1er trimestre 2015 (contre +1,4 % du 4e trimestre 2014 au 4e trimestre 2015).

Malgré cela, les valeurs américaines restent dans nos portefeuilles. Vous pouvez y investir via iShares Core S&P 500 UCITS ETF, ou si vous êtes amateur d’actions individuelles, via AT&T, Cisco, General Electric, IBM, Intel, Texas Instruments et Western Union.

 

Certes, les dépenses des ménages américains progressent toujours à un rythme modéré (+1,9 %) et l’immobilier fait toujours recette après des ménages (+14,8 %).
Mais l’investissement du secteur privé est en net recul (-3,5 %), plombé par la chute de l’investissement dans les équipements, les infrastructures, etc…(-5,9 %).

 

La diminution des stocks a aussi un impact négatif. Reste à voir si c’est le signe que les entreprises anticipent un ralentissement de la demande (négatif pour l’économie), ou s’il faut attendre un rebond de production ces prochains mois, pour reconstituer ces stocks (ce qui serait une bonne nouvelle)…

 

Enfin, la balance commerciale se détériore : les importations évoluent peu (+0,2 %) mais les exportations se replient (-2,6 %), suite en grande partie à la cherté du dollar face aux grandes devises.

 

Ces chiffres devraient calmer les ardeurs de la Fed et éloigner la possibilité d’une hausse de taux en juin, comme les marchés avaient cru le comprendre suite au dernier compte-rendu.

 

Toutefois, malgré ce mauvais départ, la croissance américaine devrait croître d’environ 2,3 % sur l’ensemble de 2016, grâce à la politique monétaire toujours expansionniste, à la bonne forme du marché du travail et à l’amélioration des salaires qui favorise le pouvoir d’achat des ménages.

Partagez cet article