Analyse
La semaine sur les marchés il y a un an - vendredi 30 septembre 2016

Semaine dans le rouge sur les marchés, marquée par les inquiétudes croissantes entourant la santé de Deutsche Bank.

Vendredi midi, par rapport à une semaine plus tôt, le Stoxx Europe 50 cédait ±2,5 %, le S&P 500 était dans le rouge, le Bel 20 perdait 3,1 % et le secteur bancaire européen 5 %.

 

Dans cet environnement tendu, l’euro poursuivait son recul face au franc suisse, traditionnelle valeur refuge.

 

Mais si l’affaire de la Deutsche Bank rappelle le début de la chute de Lehman Brothers en 2008 (et la crise bancaire qui a suivi), la situation et l’environnement sont différents et il n’y a pas motif à paniquer. En outre, l’annonce de l’OPEP prévoyant une baisse de sa production (signature d’un accord formel en novembre) a limité la casse sur les marchés, en se montrant bénéfique au cours du pétrole et aux valeurs pétrolières et parapétrolières. Mais nous l’accueillons avec prudence, vu l’absence de date pour son entrée en vigueur, l’absence de position claire des pays hors OPEP et le doute quant à la volonté réelle de s’y tenir. Compte tenu de ce flou et du niveau élevé de l’offre, nous ne changeons pas nos prévisions pour les valeurs pétrolières.

 

– AB InBev (vendez) rachètera bien SABMiller. Les actionnaires minoritaires de SABMiller ont donné leur aval. La fusion sera officialisée le 10 octobre. Selon nous, AB InBev paie trop cher.
– Accenture (conservez) publie un résultat et des objectifs supérieurs aux attentes. Le cours, est à son sommet haut historique et trop élevé pour encore acheter.
– Ageas (conservez) envisage de racheter Ethias (pour se renforcer sur le marché belge, surtout en assurances-dommage), ainsi que de reprendre à son compte les 25 % encore aux mains de BNP Paribas Fortis de sa filiale belge AG Insurance.
– Colruyt (conservez) a communiqué sa première prévision pour l’exercice en cours (clôture annuelle le 31/3) : en dépit de la concurrence persistante, il table (comme nous) sur un bénéfice stable ou en légère hausse (hors impact limité de la vente de sa filiale française Pro à Pro).
– Deutsche Post (conservez) profite de la faiblesse de la livre pour racheter à bon compte le britannique UK Mail Group. Une petite opération, mais qui lui permettra de se renforcer dans la distribution de colis au Royaume-Uni, de dégager de belles synergies et de mieux concurrencer le leader local Royal Mail.
– ING (conservez) devrait annoncer ce lundi 3 octobre une grande réorganisation, sacrifiant pas mal d’emplois, prévoyant une gestion plus centralisée ainsi que le retrait d’une partie de l’autonomie des filiales étrangères.
– KBC (conservez) aurait des vues sur United Bulgarian Bank, la 4e banque de la Bulgarie (où il possède déjà DZI et CIBANK). Le CEO a aussi fait part d’un intérêt pour Budapest Bank, qui pourrait venir en complément de la filiale Hongroise K&H.
– Miko (prenez votre bénéfice) a enregistré au 1er semestre une hausse des ventes limitée à 1,3 % mais sa rentabilité a progressé plus que nous l’attendions dans ses deux activités ; au final, le bénéfice grimpe de 8 % à 4 EUR par action. Nous relevons nos prévisions mais l’action reste un peu chère.
– Nyrstar (conservez) a souffert des conséquences des tempêtes en Australie, qui ont provoqué des coupures de courant dans les installations de Port Pirie ; il faudra 10 à 14 jours pour tout relancer, ce qui amputera le bénéfice opérationnel 2016 (avant amortissements) de 1,5 à 2,5 %. Par ailleurs, les prix du zinc restent bien orientés et devraient le rester (vu le déficit d’offre qui va perdurer) ; trois mines du groupe vont à nouveau être exploitées.
– Sainsbury (conservez) a réalisé un chiffre d’affaires trimestriel stable. Toutefois, les ventes des magasins existants (hors carburants) sont en léger recul (-1,1 %), suite aux baisses de prix appliquées pour faire face à la concurrence. Le groupe a finalisé début septembre le rachat de Home Retail Group (services financiers et 840 magasins non food qui ont affiché sur le dernier trimestre une hausse du chiffre d’affaires de 3 %).
– Solvay (achetez) annonce que, pour assurer sa croissance ces prochaines années, il mise sur les besoins en matériaux composites et sur le développement de la voiture électrique. Il communique en outre que les synergies dégagées par le rachat de Cytec seront plus importantes que prévu. Enfin, il confirme ses prévisions pour 2016 et prévoit d’ici 2018 une hausse de 5 à 10 % de l’EBITDA.
– Telefónica (achetez) renonce à introduire en Bourse sa filiale Telxius (faute de valorisation intéressante). Il devra donc trouver d’autres moyens pour réduire sa dette.
– Twitter (restez à l’écart ; ne conservez que si vous êtes spéculateur) fait toujours l’objet de rumeurs de reprise ; le cours a rebondi mais reste de 70 % inférieur à ses sommets de 2013. Faute de réelles perspectives de bénéfices, la valorisation de l’action nous paraît déconnectée des fondamentaux. Seule une reprise pourrait la justifier, mais le pari est trop risqué.
– Xior Student Housing (conservez) acquiert un immeuble de logements d’étudiants à Eindhoven.

 

A l’agenda

– Lundi 3 octobre : journée des investisseurs chez ING, marchés fermés en Chine et en Allemagne ; indicateur d’activité de l’industrie aux USA
– Mardi 4 octobre : paiement du dividende de Kimberly (0,92 USD brut) ; publication des perspectives économiques mondiales par le FMI
– Mercredi 5 octobre : ventes de détail en zone euro, indicateur d’activité des services aux USA
– Jeudi 6 octobre : paiement du dividende de Diageo (36,60 pence brut)
– Vendredi 7 octobre : paiement du dividende de Merck (0,46 USD brut) ; chiffres du chômage en septembre aux USA
– Samedi 8 octobre : journée du conseil organisée par la fédération flamande des clubs d’investissement (VFB), au Square, à Bruxelles

Partagez cet article