Analyse
La semaine sur les marchés il y a un an - vendredi 4 novembre 2016

Avec la baisse du prix baril de pétrole et l’approche de l’élection présidentielle américaine, les Bourses se sont montrées nerveuses. Vendredi midi, par rapport à une semaine plus tôt, le S&P 500 cédait 2 %, le Stoxx Europe 50 et le Bel 20 s’inclinaient quant à eux d’environ 3,5 %.

LA TENDANCE DES MARCHES

Les Bourses européennes ont reculé, sanctionnées par la nervosité du moment.
La baisse du prix de l’or noir, qui pèse encore sur les bénéfices des sociétés pétrolières, s’explique par la hausse des stocks aux USA et les doutes sur la capacité du secteur à rééquilibrer offre et demande (le secteur a perdu 4 %).
Alors que la course à la Maison blanche se fait plus serrée, la nervosité des investisseurs fait remonter l’indice Vix (indice «de la peur»). Wall Street redoute les changements trop radicaux (protectionnisme…) qu’entraînerait une victoire de Donald Trump.
La Fed laisse ses taux inchangés, mais il apparait de plus en plus qu’une hausse se profile pour décembre.
L’or confirme son statut de valeur refuge : le prix de l’once a légèrement augmenté, à 1 300 USD (contre 1250 à la mi-octobre).
Comme souvent quand le stresse remonte en Bourse, les actions bancaires européennes reculent (-5 %), pénalisées aussi par les prises de bénéfices, après leur bonne tenue d’octobre.

 

LES NOUVELLES DES ENTREPRISES COTEES

Parmi les actions à acheter
Chevron, qui poursuit son adaptation à la faiblesse du prix du pétrole, affiche pour le 3e trimestre son premier bénéfice de l’année (0,68 USD par action). C’est mieux que prévu. Son contrôle des coûts lui permet de générer des liquidités confortables, pour honorer sa dette et son dividende. Nous relevons nos prévisions.

 

Euronav a connu un 3e trimestre faible, bien que moins mauvais que prévu et n’échouant pas dans le rouge. Les tarifs de transport de pétrole sont actuellement toujours sous pression et les mois à venir seront encore difficiles. Mais nous tablons sur une nette amélioration dans le courant de 2017.

 

General Electric entend racheter Baker Hughes (service pétrolier), pour bénéficier de synergies ; le prix offert est acceptable ; l’impact positif sur le bénéfice sera limité dans un premier temps.

 

Teva a chuté en Bourse parce qu’il serait accusé d’une entente sur la fixation des prix des médicaments. Dans l’attente d’en savoir plus, nous restons d’avis qu’à long terme, Teva peut tirer son épingle du jeu, grâce à ses nouveaux produits, à ses récentes acquisitions et à sa co-entreprise au Japon. L’action a perdu 35 % depuis un an. C’est exagéré. Profitez-en.

 

Parmi les actions à conserver
bpost envisage une nouvelle offre sur son concurrent PostNL (une première tentative avait échoué en mai). Pour mener à bien ce projet, il devra se montrer généreux, ce qui constitue un risque de le voir surpayer cette acquisition. Mais jusqu’ici, aucune proposition concrète n’a été formulée.

 

ING a réalisé au 3e trimestre une solide croissance commerciale : la banque a vu croître le nombre de crédits qu’elle a accordé et le nombre de dépôts reçus. Elle a en outre lancé diverses innovations sur le marché. Les intérêts perçus ont augmenté de 7,8 % et les commissions encaissées de 15,5 %, alors que les coûts ont légèrement reculé (-1,2 %). Le bénéfice trimestriel est dès lors en hausse de 26,8 % et celui des neuf premier mois de l’année de 22,2 %. Nous relevons notre prévision de bénéfice par action 2016 à 1,30 EUR.

 

Nyrstar a vu son cours profiter d’une recommandation d’achat de Goldman Sachs. Le groupe a en outre publié un résultat trimestriel conforme aux attentes (après l’avertissement d’octobre) et confirme ses objectifs de production, tant dans le raffinage que dans les mines. Le redéploiement de l’usine de Port Pirie suit son cours. Et de nouvelles ventes de mines pourraient encore être annoncées d’ici la fin de l’année.

 

Western Union affiche un résultat trimestriel conforme à nos attentes, grâce à un faible taux d’imposition, mais ne parvient pas, trimestre après trimestre, à augmenter durablement son bénéfice opérationnel. La (petite) baisse du cours ne rend pas l’action attractive.

 

Royal Dutch Shell publie un bon résultat trimestriel (0,17 USD par action) mais le niveau toujours élevé de la dette incite à la prudence.

 

Parmi les actions à vendre
Aedifica permet à ses actionnaires (jusqu’au 23 novembre) de choisir entre un dividende en cash (1,5330 EUR net) ou en actions (46 coupons 15 donnent droit à 1 nouvelle action qui revient dès lors à 70,518 EUR). Vu que le titre est cher et que la remise sur la nouvelle action est peu importante (le cours actuel est de 71,46 EUR), nous conseillons d’opter pour le dividende en cash.

 

Pfizer cesse le développement de son anti-cholestérol Bococizumab, comptabilise donc une charge au 4e trimestre et réduit sa fourchette de prévisions pour l’année ; son bénéfice trimestriel par action est légèrement décevant.

 

Acceptez l’offre sur Syngenta
Comme prévu, le chinois ChemChina prolonge son offre sur Syngenta jusqu’au 5 janvier 2017. L’Union Européenne enquête de façon approfondie sur ce rachat et rendra une décision d’ici le 15 mars 2017.

 

A L’AGENDA

Lundi 7 novembre : résultat d’HSBC
Mardi 8 novembre : résultat d’ArcelorMittal, de Deutsche Post, de Solvay et d’Adecco ; journées des investisseurs chez Royal Dutch, élection présidentielle aux USA
Mercredi 9 novembre : résultat d’Agfa-Gevaert, de bpost, d’Ontex, de Sainsbury et de WDP
Jeudi 10 novembre : résultat d’Aegon, de Cofinimmo, de Deutsche Telekom, d’Enel, d’Engie, d’EVS, d’AstraZeneca, de Montea, Qrf, Walt Disney et Xior Student Housing ; paiement du dividende d’Apple (0,57 USD brut)

Partagez cet article