Analyse
La semaine sur les marchés il y a 9 mois - vendredi 13 janvier 2017
Les investisseurs, qui attendent les résultats trimestriels et n’ont pas trouvé d’éclaircissement dans la conférence de presse de Donald Trump, se font très prudents. Beaucoup de Bourses clôturent la semaine dans le rouge.
La semaine sur les marchés

La semaine sur les marchés

Vendredi midi, par rapport à une semaine plus tôt, le S&P500 reculait de 0,3%, le StoxxEurope50 de 0,6% et le Bel20 de 1,3%. A Londres, le FTSE100 gagnait cependant 1,5% et signait un nouveau record historique.

LA TENDANCE DES MARCHES

– Les secteurs pharma et biotech ont encore été pénalisés par les annonces de Donald Trump. La plus inquiétante est de vouloir donner à Medicare (assurance santé publique pour les plus de 65 ans) le droit de négocier ses prix avec les labos, ce qui lui est interdit actuellement. Pour l’instant, Donald Trump reste flou sur les décisions concrètes qu’il compte prendre. Et encore faudrait-il que le Congrès aille dans son sens. Mais l’annonce a de quoi refroidir (les USA sont le marché pharmaceutique le plus vaste et le plus lucratif au monde). La menace sur les bénéfices des labos est bien réelle. Le secteur garde néanmoins des atouts : vieillissement de la population, hausse des maladies chroniques…
– Le secteur automobile européen avait bien commencé la semaine avec les bons chiffres de ventes de Peugeot et la proximité d’un accord entre Volkswagen et la justice américaine dans le dossier des émissions polluantes. Mais il l’a mal terminé avec l’annonce touchant Fiat-Chrysler, accusé à son tour par les USA de fraude sur les émissions polluantes, ainsi que Renault qui subit la même accusation en Europe.

LES NOUVELLES DES VALEURS COTEES

Parmi les actions à acheter
– Engie a été mis sous pression après l’annonce de la cession par l’Etat français de 4,1% de son capital. Cette opération, destinée à refinancer des acteurs de la filière nucléaire en France (Areva et EDF), ne remet toutefois pas en cause les perspectives d’Engie, engagée dans un plan de transformation pour rester au premier plan de la transition énergétique (avec e.a. des cessions d’actifs non-stratégiques et les premiers résultats attendus cette année).
Qrf vend deux biens non stratégiques avec une plus-value (un site dans la périphérie de Bruges et un bien à Merksem, près d’Anvers); la transaction améliore la qualité du portefeuille.
– Umicore s’est renforcé dans les batteries en rachetant une série de brevets pour des cathodes à 3M. Ces brevets sont actuellement la référence pour toute une série de batteries Li-ion et leur utilisation va être étendue à des applications pour l’automobile et le stockage.
– Van de Velde affiche un chiffre d’affaires 2016 en baisse de 1,1% (ou stable sur base comparable), pénalisé par des ventes aux USA encore plus faibles que prévu. Le cours en a souffert (-4% sur la semaine). Le très beau dividende n’est cependant pas menacé.

Parmi les actions à conserver
– Merck va bénéficier d’un examen accéléré de sa demande d’homologation du Keydruda (traitement immuno-oncologique à associer à une chimiothérapie pour lutter contre le cancer du poumon à un stade avancé). La décision, attendue d’ici le 10 mai, pourrait donner un sérieux coup d’avance à Merck face à ses concurrents.
– Metro a vu son chiffre d’affaires baisser de 0,6% au dernier trimestre de 2016 (le 1er de son exercice comptable). C’est dû en partie à la fermeture de magasins Real et à l’abandon de l’activité de commerce en gros au Vietnam, mais aussi à des ventes décevantes chez Real et dans les magasins d’électronique Media Markt et Saturn.
– Peugeot a vu ses volumes de ventes progresser de 5,8% en 2016, grâce au redémarrage de son activité en Iran. Sans l’Iran, les ventes auraient reculé de 2%. Un résultat plutôt décevant alors que ses deux principaux marchés (Europe et Chine) ont connu une forte croissance. Cette faiblesse provient d’un manque de nouveautés et d’une offre insuffisante de SUV chez Citroën et DS. Malgré cela, nous pensons que la rentabilité sera au rendez-vous (publication dans quelques semaines). Mais après la forte hausse de cours depuis mi-2016, le potentiel est insuffisant pour acheter.
– Sainsbury a signé un beau trimestre de fin d’année. Le chiffre d’affaires des magasins existants a finalement (un peu) augmenté. La vente de vêtements a connu une belle croissance, la vente en ligne est en plein essor et le rachat d’Argos (vente en ligne et non food) était sans conteste une bonne opération. La concurrence reste néanmoins très forte et l’environnement économique incertain (conséquences négatives possibles du Brexit).
– Sioen fait l’acquisition de UV Curable Systems, une petit producteur belge de peintures, encres et vernis à usage industriel (plaques d’immatriculation, lettrage des voitures de police, papiers peints, sols laminés…). De quoi se spécialiser dans sa division chimique.

Parmi les actions à vendre
– Airbus a livré en 2016 un nombre record d’avions civils (688, soit plus que son objectif de 670). Mais les commandes sont en baisse (731 appareils, soit 30% de moins qu’en 2015 et 50% de moins qu’en 2014). Ce ralentissement de la filière aéronautique n’est pas pris en compte par le cours.
– L’Oréal débourse une coquette somme pour enrichir son portefeuille de trois marques. Pas de quoi déstabiliser le groupe, financièrement solide. L’impact sur le bénéfice sera négligeable. De quoi alimenter un peu plus nos doutes sur les perspectives de croissance.
– Montea vend trois immeubles en France avec une belle plus-value. Le produit de la vente sera utilisé à la mi-2017 pour financer divers nouveaux projets et développements. La vente permet aussi de réduire l’endettement (il passe de 55,4% à 50,5%), de sorte qu’une augmentation de capital se fait moins urgente.
– Option  : l’acheteur de Innolumis, la filiale néerlandaise d’éclairage public vendue par Option, vient d’être connu: il s'agit de Van Zele Holding, société d’Eric Van Zele, ex-CEO de Barco. Sa déclaration d’une possible collaboration à terme (inclure les produits d’Option dans ces éclairages) a fait rebondir le cours d'Option.
– ThromboGenics affiche la meilleure progression de la semaine de la Bourse de Bruxelles (+18%), grâce à l’annonce du début des tests cliniques relatifs à l'oedème maculaire diabétique. Ce n’est pourtant pas une surprise. Les premiers résultats de cette phase de tests sont attendus pour le 1er trimestre 2018. A ce stade, le produit n’a encore qu’une chance sur 6 d’être commercialisé un jour. ThromboGenics reste une action beaucoup trop risquée.

A L’AGENDA

– Lundi 16 janvier : marchés fermés aux USA
– Mardi 17 janvier : inflation au Royaume-Uni, confiance des investisseurs en Allemagne
– Mercredi 18 janvier : Adidas et Volkswagen rencontrent les investisseurs, paiement de l’acompte sur dividende de Solvay (0,92 EUR net); inflation dans la zone euro et aux USA
– Jeudi 19 janvier : résultat trimestriel d’IBM; chiffre d’affaires d’Ahold Delhaize et de Carrefour; réunion de la banque centrale européenne (décision sur les taux)
– Vendredi 20 janvier : résultat trimestriel de General Electric

Partagez cet article